Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean Claude Ciret

            ASSOCIATION

POUR L’ENVIRONNEMENT ET

LE PATRIMOINE DE WJSSOUS (APEPAW)

5  rue du Bas des Glaises 91320 Wissous

                                                                                                             Wissous le 15 mars 2019

 

AVIS DE l’APEPAW SUR LA MODIFICATION  N°9 DU PLU DE WISSOUS

 

 

Depuis sa création en 2000, l’APEPAW milite autant que faire ce peut pour la protection du patrimoine et de l’environnement de la commune.  Malheureusement ceux-ci ne cessent de  se dégrader d’année en année avec l’accord  des municipalités successives.

Nous avons appris que la révision du PLU de Wissous était programmée par la municipalité depuis 2014, pour entrer en vigueur début 2016. Pendant plus de 4 ans nous n’avons pas entendu parler de cette révision

Et puis soudain, en début d’année 2019 nous apprenons par la gazette communale que la commune va lancer une révision du PLU et organiser des réunions publiques pour la présenter à la population. Le mois suivant, il n’est plus question dans la gazette que de modifications légères pour tenir compte de la nouvelle législation. Quid de la concertation et de l’information.

Nous pensons que la véritable révision a été abandonnée, car elle ne pouvait plus entrer en service avant la fin du présent mandat.

Nous avons donc découvert les modifications du PLU le lundi 11 mars lors de l’ouverture de l’enquête publique.  En prenant connaissance du dossier nous nous étonnons plus de cette discrétion, car si on nous l’avait présenté avant, nous aurions eu beaucoup de remarques à faire.

Nous  constatons que la modification du PLU annoncée est plus proche d’une révision, car en particulier elle impacte la réglementation d’urbanisme  de l’ensemble du zonage de la commune.

D’autre part, nous avons relevé les fortes réticences de l’Architecte des Bâtiments de France qui considère que ce PLU manque de clarté avec des AOP peu développés permettant des interprétations diverses qui peuvent avoir des impacts importants. Il remarque l’absence de toute règle sur le bâti qui engendrera dans les espaces protégés une impossibilité de maintenir les formes architecturales et urbaines.

 

Pour lui, il faut des AOP qui fixent des objectifs, les intentions et les limites sur les principes urbains, architecturaux et paysagers.

 

Il est vrai que dans toute la commune, les constructions destinées aux équipements d’intérêt collectif ou public ne seront plus soumis à aucune réglementation avec ce nouveau PLU. Les implantations, les hauteurs, les aspects extérieurs … ne sont plus réglementés. La commune et les promoteurs qu’elle aura choisis dans le cadre d’opérations d’urbanisme de son initiative  sur des terrains lui appartenant, pourront faire ce qu’ils veulent en matière d’urbanisme dans tout Wissous.

 

Nous sommes particulièrement inquiets comme l’ABF, pour la protection du vieux village de Wissous qui est déjà soumis à rude épreuve comme le prouve l’affreux bâtiment construit récemment à 200 m de l’église classée, dans le parc communal de Château Gaillard à la place d’une maison de maître de la fin du 19° siècle qui a été rasée. Dans le PLU actuel les volets en PVC sont interdits dans le vieux Wissous et dans le périmètre de l’église classée et pourtant dernièrement des volets de ce type ont été mis en place sur un bâtiment communal rue Victor Baloche à 100 m de l’église. Comment faire respecter la loi quand la commune n’en tient pas compte.

 

Les toitures en terrasse et celles avec des revêtement bitumineux dans le village traditionnel seront autorisées ainsi que les matériaux dits modernes types PVC, fibrociment ….

Le PLU est modifié pour permettre des constructions sans aucune contrainte.

On voit apparaitre une opération immobilière prévue devant l’entré du parc Les Etangs en pleine zone pavillonnaire UG pour y construire un immeuble et pour cela on change allègrement le zonage et on supprime toute règle d’urbanisme y affairant. Aucune justification crédible n’est donnée aussi on peut s’interroger sur les intérêts de cette opération immobilière qui ne figure pas étrangement dans la gazette. Ce secteur possède de très beaux bâtiments anciens du 19° pour certains et le risque est grand, compte tenu des orientations de ce PLU, qu’il soit défiguré.

 

Nous avons constaté aussi que l’Aéroport de Paris (ADP) n’est pas favorable aux modifications du PLU qui le concerne. Il a détecté une incohérence dans  les accès aux terrains objets de l’OAP.

Il regrette qu’aucune concertation avec la commune n’ait pas  été possible malgré ses démarches pour ce faire.

 

Le Conseil Départemental met en garde la commune sur l’emplacement prévu par celle-ci pour le collège car le projet risque d’entrer en conflit avec la Société du Grand Paris ( SGP) par rapport à la ligne 18.

 

La SGP indique clairement sont opposition à l’emplacement du futur collège prévu par la commune dans  le nouveau PLU et laisse planer la menace de procès. La SGP a l’intention d’acquérir les terrains en question pour la ligne 18.

De plus ce projet supprime la coulée verte prévue au PLU actuel en conformité avec le SDRIF, et qui permet de relier les espaces naturels du nord de Wissous au domaine Les Etangs.

 

Le projet d’urbanisation dans le secteur du 17 route d’Antony, prévoit la suppression du bâtiment occupé actuellement par la Poste. Il n’est pas indiqué si la Poste de Wissous est supprimée ou déplacée. Dans ce dernier cas, à quel endroit et comment elle sera transférée. Dans le dossier d’enquête, la Direction de la Poste n’a pas donné son avis. A-t-elle été informée ou n’a-t-elle pas répondu.

De plus, ce projet implique la suppression d’un pavillon privé et l’utilisation d’un terrain occupé par l’ancien garage et acheté à la barbe de la commune par un promoteur. J’ai l’impression que cette opération immobilière pose beaucoup de questions.

 

Pour le projet d’urbanisation du quartier de la gare, dont les terrains appartiennent en grande majorité à la SNCF, aucun avis de celle-ci ne figure dans le dossier d’enquête publique. Les mêmes interrogations exprimées ci-dessus pour la Poste se posent.

Il en est de même pour la RATP qui gère les installations d’Orly Val implantées dans la zone impactée par le nouveau PLU de Wissous.

Comme la commune le reconnait, ce projet repose sur un postulat : l’ouverture de la gare.  Mais quelle gare ?, cela n’est pas précisé ; celle du RER C ou du Val. Le plan de la page 15 ne permet pas de le savoir. Cette ouverture est très aléatoire et aucun document officiel permettant quelque espoir ne figure au dossier. Ce projet est donc à long terme et pouvait très bien attendre la prochaine véritable révision du PLU, mais qui ne verra le jour que lors du prochain mandat.

Ce projet pose beaucoup d’autres problèmes. Il prévoit des quartiers résidentiels, des commerces, des services de proximité, des bureaux, de l’hôtellerie, une gare routière, des parkings. Par contre il n’est pas question de l’écoulement de la circulation très importante résultant de toutes ces activités accumulées dans un cul de sac. A cette circulation, il faut ajouter celle venant de l’urbanisation du Bas de Fresnes (des centaines de logements) qui compte tenu du refus de la commune d’Antony d’en recevoir une partie, devra s’écouler entièrement par le chemin de Fresnes qui traverse la zone de la gare. Dans l’état actuel de la voirie cela est irréalisable.

Dans le nouveau PLU, il n’est pas indiqué comment se fera les échanges avec le restant de la commune séparée des nouvelles réalisations par la ligne de chemin de fer. Il est un principe dans l’urbanisme qui est de construire dans la continuité de l’existant afin de ne pas créer du mitage et des ilots séparés et isolés. Pour résoudre cette contradiction il faudrait deux liaisons routières supplémentaires entre les parties nord et sud actuellement urbanisée de la zone de la gare.

Dans le plan de la page 15 du nouveau PLU figure la nouvelle gare à cheval sur la ligne C du RER et celle du Val. Quid de la vieille gare actuelle de 1880 que la municipalité s’est engagée à acquérir et à conserver au titre de la protection du patrimoine de la commune.

Tout cela est incohérent.

Page 187 du nouveau PLU, la largeur des voies principales minimum est ramenée de 8 à 6 mètres dans les zones UH sans justification. Il n’est pas précisé s’il est question de la chaussée seulement ou si  les voies comprennent aussi les trottoirs, les stationnements les pistes cyclables. Nous nous sommes interrogés sur les raisons de cette réduction étonnante des grandes rues de la commune. La rédaction ne précise pas si cette nouvelle réglementation s’applique seulement aux voies nouvelles. Nous ne voyons qu’une explication : le projet d’aménagement de la route de Montjean qui reproduit à l’identique  les mêmes erreurs  réalisées par la municipalité précédente  chemin de la Vallée et qui ont couté très cher financièrement, en qualité de circulation et au point de vue environnemental.

 

Nous  pouvons  dès maintenant  donner un avis négatif sur ce projet de modifications du PLU dont les mobiles sont flous, imprécis, et qui permettent des constructions sans réglementations par des décideurs qui sont juges et parties. On a bien l’impression quelles ont été élaborée dans la précipitation par des personnes ne connaissant pas très bien la commune.

Il manque l’avis de la SNCF, de la RATP,  de la Poste, l’ADP n’est pas favorable, la SGP est opposée, l’ABF est très critique. On ne voit pas sérieusement comment ces modifications du PLU pourraient être adoptées en l’état.

On s’interroge sur cette précipitation à un an des prochaines élections municipales alors qu’une révision complète est prévue.

Rien ne presse, aussi nous demandons à abandonner ces modifications du PLU pour élaborer une véritable révision qui associera toutes les parties impactées ce qui n’est pas le cas actuellement.

 

                                                                                Jean-Claude CIRET

                                                                                Président de l’APEPAW

                                                                               

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article