Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean Claude Ciret

APEPAW                                                                                 Wissous le 12 juin 2019

Les maisons qui devraient être détruites selon le nouveau PLU pour faire place à un immeuble de rapport sans respect de l'environnement 

 

COMMENT LE PLU A ETE ELABORE

 

En 2014, pendant la campagne électorale, le maire s’est présenté comme un homme de dialogue, prêchant la transparence, ouvert à la concertation, à la participation.

La création peu après son élection de la Commission Extramunicipale Patrimoine et Environnement (CEPEW) laissait entrevoir l’application des ces engagements de campagne. Le maire s’est engagé dès 2014 à associer la Commission à l’élaboration du PLU. La CEPEW a joué le jeu et s’est engagée à fond dans sa mission pendant 2 ans et a transmis à la municipalité les résultats de ses études, analyses, réflexions, a fait des propositions des suggestions. Tous cela est resté sans suite et sans réponse en particulier en ce qui concerne le PLU dont la commission n’a plus entendu parler depuis 2014. La commission a été menée en bateau pendant 2 ans et ensuite il n’y eu même plus de bateau, car elle n’a plus eu ni informations ni contacts avec la municipalité qui l’a complètement ignorée.

Ce n’est qu’en janvier 2019 qu’au travers l’édito du maire dans la gazette que le PLU réapparait par l’annonce de sa révision pour 2019 et le lancement d’une grande consultation sur celui-ci au travers d’une série d’ateliers et de questions auxquelles chaque wissoussien sera invité à répondre. Naturellement la CEPEW n’a été ni informée ni consultée sur le sujet.

Dans la gazette de février, nous apprenons que la révision du PLU est devenue modification laquellei sera menée en concertation avec le public et les associations. Mais déjà une enquête publique est prévue pour le mois de mars. Cela signifie qu’il n’y aura pas de concertation avec qui que ce soit et que le dossier est ficelé.

Naturellement la CEPEW n’est ni informée ni consultée ainsi naturellement que les associations et la population

Dans la gazette de mars, un nouvel article nous apprend qu’une enquête publique sur la modification débutera le 9 avril. Il n’est plus question d’information et de présentation du PLU à la population qui aura été menée en bateau .

La CEPEW demande à plusieurs reprises une rencontre avec le maire afin d’avoir des informations sur le dossier de la modification du PLU. Pas de réponse et ce  n’est qu’à l’ouverture de l’enquête publique  le 9 avril qu’elle prend connaissance du dossier.

Ainsi malgré tous les engagements du maire, le nouveau PLU est lancé en enquête publique sans aucune participation et concertation de la population et de la CEPEW .

Un débat se déroule au sein de celle-ci sur la façon dont la commission doit réagir. Certains, minoritaires, pensent qu’elle ne doit pas donner son avis. Finalement la liberté est laissée aux membres de réagir personnellement mais la commission dans son ensemble considère que le PLU présenté n’est pas acceptable et que la procédure devrait être arrêtée en attente d’une véritable concertation avec la population. 

Nous le savons maintenant, le maire suite aux critiques déposées lors de l’enquête publique et semble t il poussé par le commissaire enquêteur organise en catastrophe une séance publique de rattrapage sur le PLU le 23 mai, sans en informer la CEPEW.

Lors de cette réunion, dont la majeure partie du temps a été consacré à des généralités sur le PLU, le maire a admis qu’il revenait sur un certain nombre de points ce qui nécessitera une réécriture très importante  du dossier si on en juge par le rapport du commissaire enquêteur. Par contre il s’est battu avec acharnement pour maintenir les modifications concernant le secteur où il prévoit la construction d’un immeuble d’un promoteur au 39 rue du général de Gressot, comme s’il en faisait une affaire personnelle. Il a tenté par tous les moyens les plus dérisoires de « fourguer sa marchandise ».  Il est vrai que dans le dossier il est écrit : »c’est dans cet espace que la Municipalité souhaite favoriser la réalisation d’un projet résidentiel situé en face de la bibliothèque communale à proximité du parc Arthur Clark rue du général de Gressot » Même le commissaire enquêteur a trouvé cette phrase déplacée et a demandé à ce qu’elle soit retirée du dossier du PLU. Le maire a l’audace, pour ne pas dire autre chose, de prétendre que cela est une affaire privée qui ne le regarde pas et d’écrire dans son édito de juin « nous n’avons pas souhaité communiquer sur cette opération car elle relève du domaine privé ».Il a pourtant longuement communiqué sur cette opération lors de la réunion du 23 mai.  Il prend  vraiment les Wissoussiens pour des demeurés.   On peut se demander si le dossier de permis de construire n’était pas prêt déjà en tenant compte des modifications du PLU qui sont destinées à favoriser le projet comme cela est indiqué dans le dossier.

Toujours plus fort il reproche aux riverains de ne pas être venus le voir, alors qu’il refuse de recevoir la CEPEW et l’APEPAW.

L’APEPAW et les membres de la CEPEW ont déposé de nombreuses remarques dans le registre d’enquête, dont plusieurs ont été reprises dans le rapport d’enquête. La municipalité va devoir revoir sa copie.

Naturellement la question du massacre du bois du boulevard de l’Europe n’est pas relatée dans son compte rendu de la réunion du 23 mai, alors qu’elle a été abordée bruyamment. Le maire et son adjoint à l’urbanisme ont reporté la responsabilité du massacre sur l’Aviation Civile qui ne demandait qu’un élagage d’une petite partie du bois. Là encore la CEPEW n’a pas été ni informée ni consultée.

Depuis 3 ans la CEPEW n’a plus d’activités, mais étrangement quelques ex membres ayant démissionné veulent depuis peu faire croire qu’elle a encore une utilité. Ces personnes, proches de la municipalité, n’ont rien fait pendant 3 ans pour que la CEPEW soit respectée par celle-ci et maintenant elles essaient de voler à son secours. On peut se demander si l’approche des élections municipales ne justifie pas cette initiative irrégulière.

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article