Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 15:41

Wissous le 19 novembre 2011

 

 

QUELQUES INFORMATIONS SUR LE SDRIF

 

Après que le Schéma Directeur de la Région Ile de France (SDRIF) de 2008, voté par le Conseil Régional, ait été retoqué par le Conseil d’Etat en particulier pour non compatibilité avec le Grand Paris, un réexamen du SDRIF s’est déroulé. Il a abouti à un nouveau projet en juin 2012. Celui-ci après consultations et concertations a fait l’objet d’une nouvelle version qui a été présentée au Conseil Régional  fin octobre. Au cours de cette présentation plusieurs centaines d’amendements ont été déposées par les élus.

L’APEPAW a suivi attentivement le déroulement des procédures et est intervenue à plusieurs reprises pour donner son avis et faire des propositions concernant en particulier les points qui intéressaient la commune et ses environs.

Notre association a porté son attention spécialement sur les plaines de Montjean et du sud de Wissous.

Dans un premier avant projet en 2007 la plaine de Montjean était relativement épargnée par l’urbanisation en particulier les pépinières de la ville de Paris étaient préservées. Par contre, sans doute sous la pression du maire de Fresnes, une pastille d’urbanisation de 25 ha apparaissait au beau milieu des pépinières dans la Carte de Distribution Générale des différentes parties du Territoire (CDGT) du SDRIF voté en 2008 par le Conseil Régional.

L’APEPAW a naturellement réagit et est intervenue à tous les niveaux.

Dans le projet de travail du SDRIF  élaboré en juin 2012 la pastille d’urbanisation s’était déplacée vers l’ouest à cheval sur l’autoroute empiétant toujours sur les pépinières. Cet emplacement est ambiguë car il laisse supposer que l’urbanisation se ferait des deux côtés de l’autoroute et sur celle-ci, ce qui nécessite son recouvrement comme le demande le maire de Fresnes.

Le texte de ce projet de SDRIF sur la plaine de Montjean indiquait que celle-ci ferait l’objet d’une attention particulière et d’une urbanisation conditionnelle de 50 ha bien que la couleur des pastilles du plan associé se rapportait à une urbanisation préférentielle. Le SDRIF prévoit 35 logements par ha urbanisé soit la création sur la plaine de 1750 logements. En prenant une moyenne de 3 personnes par logements nous obtenons une implantation de 5250 habitants sur la plaine soit l’équivalent de la population de Wissous.

Ce SDRIF ne fait aucune allusion à la plaine sud de Wissous qui couvre une surface du même ordre que celle de la plaine de Montjean. Par contre une dizaine de pastilles y figure soit l’équivalent de 250 ha d’urbanisation ce qui représente la quasi totalité de la plaine.

C’est avec ahurissement que sur la Carte de Distribution Générale des différentes parties du Territoire (CDGT ) du SDRIF nous avons constaté qu’il était prévu de créer un pôle multimodal logistique pour le fret à la gare de Wissous. Si depuis des décennies la population de Wissous réclame l’ouverture de cette gare pour les passagers du RER C, ce n’est pas pour l’ouvrir au fret. L’emplacement n’est absolument pas adapté au trafic des poids lourds qui viendraient alimenter la plate forme logistique. Par contre avec quelques aménagements de voiries et la création d’une aire de stationnement pour les véhicules légers auprès de la gare, celle-ci pourrait recueillir de nombreux passagers de la région en plus de ceux de la commune.

La version octobre 2012 du SDRIF présentée au Conseil Régional comporte des modifications importantes concernant notre secteur.

Le chapitre sur la plaine de Montjean a été réécrit. Il n’est plus question de 50 ha urbanisables et la plaine doit conserver sa vocation agricole et horticole. Les pépinières ont vocation à être pérennisées sur le site en s’ouvrant au marché public francilien et l’agriculture à muter en terme de type de productions et vers le maraichage.

Malgré tout le nombre et les emplacements des pastilles restent identiques sur la CDGT en particulier celle, placée à cheval sur l’autoroute, qui empiète sur les pépinières de la ville de Paris. Elles changent de couleur pour passer du brun à l’orange c'est-à-dire d’une urbanisation préférentielle à une urbanisation conditionnelle.  

Le SDRIF prévoit une continuité écologique et une coulée verte entre le parc de Massy et la plaine sud de Wissous, mais la CAHB et la commune de Wissous se sont empressées récemment de modifier le PLU de Wissous pour construire des entrepôts logistiques dans la zone des Hauts de Wissous créant ainsi une barrière écologique infranchissable entre les deux espaces ouverts.

D’une façon générale les coulées écologiques et trames vertes qui devraient relier le parc régional de Massy, la plaine sud de Wissous, la plaine de Montjean et le parc de Sceaux ne sont pas pris en compte par les aménageurs de ce secteur. Il est vrai que les infrastructures routières et ferroviaires  ne facilitent pas leur réalisation en absence de traversées spécifiques (circulations douces et de la faune)

Des élus du 94 du Groupe Mouvement Populaire du Conseil Régional ont déposé un amendement pour que les 50 ha d’urbanisation prévus sur les communes de Rungis et de Fesnes de la plaine de Montjean soient supprimés. Comme  la surface urbanisable supprimée doit se retrouver ailleurs, il est à craindre que ce soit Wissous qui soit visée, alors que le SDRIF prévoit déjà 150 ha urbanisables sur notre commune en particulier au Bas de Fresnes et au sud est de la voie ferrée du coté de La Fraternelle, sans compter une grande partie de la plaine sud de Wissous.

Par contre il est maintenant question de la plaine sud de Wissous. En effet le SDRIF indique que « Les espaces agricoles naturels les plus pertinents (secteurs du sud de la plateforme aéroportuaire et de la plaine de Montjean ) seront pérennisés » Malgré tout le nombre des pastilles d’urbanisation reste inchangé sur cet espace ce qui n’est pas très cohérent.

Le SDRIF indique que les pastilles expriment une localisation approximative et non une délimitation. Il appartient aux documents d’urbanisme locaux de préciser les limites des espaces identifiés sur le CDGT dans le respect des principes de subsidiarité et de comptabilité. Ces pastilles fixent le maximum de l’urbanisation mais les communes décident de l’importance de celle-ci dans les limites autorisées.

Les communes ou les communautés de communes peuvent étendre de 5% leurs surfaces urbanisées. La surfaces correspondant aux pastilles placées sur Wissous dépassent de très loin ces 5% alors qu’il y a très peu de pastilles sur les autres communes de la CAHB. Celai signifie que les 5% se rapportent à l’ensemble du territoire de la communauté. Wissous une nouvelle fois va être  pénalisée au profit de la CAHB.

La dernière version du CDGT du SDRIF comporte toujours le sigle d’un pôle multimodal logistique à la gare de Wissous.

 Un amendement contre ce projet a été déposé par EELV et nous espérons qu’il sera retenu.

Le SDRIF prévoit à l’horizon 2025 la réalisation de l’interconnexion sud  LGV avec la création d’une gare intermodale air-fer TGV à Orly … mais sans préciser où et une rocade TGV autour de Paris qui assurera un maillage avec le RER et le métro du Grand Paris.

L’évolution de l’aéroport d’Orly est possible (nouvelles destinations) tout en conservant les limitations des vols annuelles, et dans le respect de son plafonnement à 250 000 créneaux et de son couvre feu.

Le SDRIF prévoit de maitriser  la construction de logements et l’augmentation de la population dans les zones soumises aux nuisances.* 

La ligne verte de Grand Paris Versailles/ Orly est projetée avant 2025. ** Il n’est pas question d’un arrêt à Wissous du RER C après la réalisation de l’interconnexion TGV pas plus que d’une station de la ligne verte. Notre commune verra passer sur son territoire TGV, RER C, ORLYVAL, métro du Grand Paris, mais aucun de ces transports en commun ferroviaires ne s’y arrêtera. On peut regretter que la CAHB, avec l’accord de la commune, ne prévoit pas l’ouverture de la gare de Wissous dans son Plan Local de Déplacement Urbain.

Le Transport en Commun en Site Propre (TCSP) Massy Orly est prévu à l’horizon 2030.

Dans le SDRIF nous avons relevé les principes suivants :

-          Il prévoit la préservation des espaces verts existants et la création de nouveaux espaces verts dans les territoires carencés.

-          Il veut éviter le mitage des espaces ouverts franciliens

-          Il veut développer une agriculture périurbaine

-          Il veut préserver la continuité écologique

-          Il veut que la frontière à l’urbanisation soit fixée clairement.

-          Cette urbanisation doit être localisée en continuité de l’espace urbanisé existant communal.

-          Elle doit se faire sur des sites bien desservis en transports collectifs et  circulations douces ou s’accompagner de desserte.

-          La densification de l’existant est à privilégier.

-          Les formes urbaines doivent valoriser les éléments d’urbanisation traditionnelle.

-          La priorité est la limitation de la consommation d’espaces agricoles, boisés et naturels.

-          Les zones d’activités doivent minimiser la consommation d’espaces agricoles, boisés et naturels (C’est le contraire qui a été fait sur les Hauts de Wissous/ Le Pérou)

-          Elles doivent s’accompagner d’une augmentation proportionnelle de l’offre du logement.

-          Il veut offrir à la ville une limite claire et nette par le respect des fronts urbains. La limite de ces derniers doit être parfaitement définie. 

-          Il veut préserver les espaces naturels et fonctionnels en maîtrisant l’étalement urbain.

-          Il veut maîtriser les franges des agglomérations afin de contrôler l’étalement urbain et garantir le bon fonctionnement du système régional des espaces ouverts.

-          Il prévoit de lutter contre l’étalement urbain et le mitage.

-          Il reconnait que la consommation d’espaces naturels touche principalement les espaces naturels et que ceux-ci doivent conserver leurs caractéristiques et n’être ni fragmentés ni altérés.

-          Il prévoit le développement des filières courtes de proximité (pour les produits agricoles)

-          Il veut engager fortement la lutte contre l’imperméabilisation des sols.

-          Il reconnait que le bâti francilien comporte une grande richesse patrimoniale non protégée. (Ce qui n’est pas le cas à Wissous)

-          Il prévoit l’amélioration des paysages et l’intégration du patrimoine bâti dans la composition urbaine.

-          Il prévoit la conservation des bourgs anciens et des grandes fermes. (Dans ce domaine rien n’est fait à Wissous si ce n’est par des particuliers)

-          Il préconise de pérenniser la vocation des espaces verts publics existants et de préserver leurs emprises (Pendant ce temps à Wissous on bétonne le beau domaine Les Etangs)

-           

Nous aimerions que ces grands principes du SDRIF soient appliqués au territoire de Wissous qui pourrait être, du fait de ses caractéristiques, un véritable laboratoire. Mais pour cela il faudrait des autorités locales et des élus convaincus, ambitieux, imaginatifs et visionnaires.

Toutes ces bonnes intentions sont en contradiction avec l’objectif du SDRIF de créer 70 000 logements par an jusqu’en 2030 et d’urbaniser 30 000 ha (soit 150 fois la plaine de Montjean) pendant la même période.

Le SDRIF vise un projet ambitieux qui va accroitre les émissions de gaz à effet de serre. Il reconnait que les espaces boisés sont des puits de carbone, qu’ils sont mal utilisés mais malgré tout il n’envisage pas leur augmentation. Wissous, qui souffre énormément des pollutions atmosphériques du fait de la proximité de l’aéroport et des autoroutes et d’une carence en espaces boisés, aurait bien besoin que l’on augmente sur son sol ces capteurs de CO2 pour épurer notre air ambiant. La commune dispose d’espaces adéquates en particulier au sud.

 Nous attendons la version définitive du SDRIF qui doit être votée par le Conseil Régional, entérinée par le Conseil d’Etat et faire l’objet d’une enquête publique au cours de l’année  2013.

*Pour que cette intention ne soit pas un vœu pieu, il ne faudrait pas que la modification du Plan d’Exposition aux Bruits de l’aéroport d’Orly, votée par les maires des communes environnantes, et qui réduit considérablement les zones non constructibles, permette la construction d’habitation sous  les avions.

**Pour accélérer la réalisation d’un transport en commun sur le Plateau de Saclay, un groupe de pression fait actuellement du lobbying pour imposer une solution alternative à la ligne Verte du métro du Grand Paris entre Versailles et Orly. Elle consisterait en un transport automatique léger aérien jusqu’à  Palaiseau et souterrain dans la traversée de Massy et d’Antony pour se raccorder ensuite à la ligne actuelle de Orlyval.

On ne sait pas très bien comment se ferait ce raccordement mais ce serait certainement au détriment des habitants de la commune de Wissous. L’APEPAW est naturellement opposée à ce projet.

 

Jean-Claude CIRET

Président de l’APEPAW

 

PS : Les parties droites du texte ci-dessus se rapportent directement à ce qui est dans le SDRIF et les parties  inclinées aux commentaires de l’APEPAW

 

 

 

Wissous le 19 novembre 2011

 

 

QUELQUES INFORMATIONS SUR LE SDRIF

 

Après que le Schéma Directeur de la Région Ile de France (SDRIF) de 2008, voté par le Conseil Régional, ait été retoqué par le Conseil d’Etat en particulier pour non compatibilité avec le Grand Paris, un réexamen du SDRIF s’est déroulé. Il a abouti à un nouveau projet en juin 2012. Celui-ci après consultations et concertations a fait l’objet d’une nouvelle version qui a été présentée au Conseil Régional  fin octobre. Au cours de cette présentation plusieurs centaines d’amendements ont été déposées par les élus.

L’APEPAW a suivi attentivement le déroulement des procédures et est intervenue à plusieurs reprises pour donner son avis et faire des propositions concernant en particulier les points qui intéressaient la commune et ses environs.

Notre association a porté son attention spécialement sur les plaines de Montjean et du sud de Wissous.

Dans un premier avant projet en 2007 la plaine de Montjean était relativement épargnée par l’urbanisation en particulier les pépinières de la ville de Paris étaient préservées. Par contre, sans doute sous la pression du maire de Fresnes, une pastille d’urbanisation de 25 ha apparaissait au beau milieu des pépinières dans la Carte de Distribution Générale des différentes parties du Territoire (CDGT) du SDRIF voté en 2008 par le Conseil Régional.

L’APEPAW a naturellement réagit et est intervenue à tous les niveaux.

Dans le projet de travail du SDRIF  élaboré en juin 2012 la pastille d’urbanisation s’était déplacée vers l’ouest à cheval sur l’autoroute empiétant toujours sur les pépinières. Cet emplacement est ambiguë car il laisse supposer que l’urbanisation se ferait des deux côtés de l’autoroute et sur celle-ci, ce qui nécessite son recouvrement comme le demande le maire de Fresnes.

Le texte de ce projet de SDRIF sur la plaine de Montjean indiquait que celle-ci ferait l’objet d’une attention particulière et d’une urbanisation conditionnelle de 50 ha bien que la couleur des pastilles du plan associé se rapportait à une urbanisation préférentielle. Le SDRIF prévoit 35 logements par ha urbanisé soit la création sur la plaine de 1750 logements. En prenant une moyenne de 3 personnes par logements nous obtenons une implantation de 5250 habitants sur la plaine soit l’équivalent de la population de Wissous.

Ce SDRIF ne fait aucune allusion à la plaine sud de Wissous qui couvre une surface du même ordre que celle de la plaine de Montjean. Par contre une dizaine de pastilles y figure soit l’équivalent de 250 ha d’urbanisation ce qui représente la quasi totalité de la plaine.

C’est avec ahurissement que sur la Carte de Distribution Générale des différentes parties du Territoire (CDGT ) du SDRIF nous avons constaté qu’il était prévu de créer un pôle multimodal logistique pour le fret à la gare de Wissous. Si depuis des décennies la population de Wissous réclame l’ouverture de cette gare pour les passagers du RER C, ce n’est pas pour l’ouvrir au fret. L’emplacement n’est absolument pas adapté au trafic des poids lourds qui viendraient alimenter la plate forme logistique. Par contre avec quelques aménagements de voiries et la création d’une aire de stationnement pour les véhicules légers auprès de la gare, celle-ci pourrait recueillir de nombreux passagers de la région en plus de ceux de la commune.

La version octobre 2012 du SDRIF présentée au Conseil Régional comporte des modifications importantes concernant notre secteur.

Le chapitre sur la plaine de Montjean a été réécrit. Il n’est plus question de 50 ha urbanisables et la plaine doit conserver sa vocation agricole et horticole. Les pépinières ont vocation à être pérennisées sur le site en s’ouvrant au marché public francilien et l’agriculture à muter en terme de type de productions et vers le maraichage.

Malgré tout le nombre et les emplacements des pastilles restent identiques sur la CDGT en particulier celle, placée à cheval sur l’autoroute, qui empiète sur les pépinières de la ville de Paris. Elles changent de couleur pour passer du brun à l’orange c'est-à-dire d’une urbanisation préférentielle à une urbanisation conditionnelle.  

Le SDRIF prévoit une continuité écologique et une coulée verte entre le parc de Massy et la plaine sud de Wissous, mais la CAHB et la commune de Wissous se sont empressées récemment de modifier le PLU de Wissous pour construire des entrepôts logistiques dans la zone des Hauts de Wissous créant ainsi une barrière écologique infranchissable entre les deux espaces ouverts.

D’une façon générale les coulées écologiques et trames vertes qui devraient relier le parc régional de Massy, la plaine sud de Wissous, la plaine de Montjean et le parc de Sceaux ne sont pas pris en compte par les aménageurs de ce secteur. Il est vrai que les infrastructures routières et ferroviaires  ne facilitent pas leur réalisation en absence de traversées spécifiques (circulations douces et de la faune)

Des élus du 94 du Groupe Mouvement Populaire du Conseil Régional ont déposé un amendement pour que les 50 ha d’urbanisation prévus sur les communes de Rungis et de Fesnes de la plaine de Montjean soient supprimés. Comme  la surface urbanisable supprimée doit se retrouver ailleurs, il est à craindre que ce soit Wissous qui soit visée, alors que le SDRIF prévoit déjà 150 ha urbanisables sur notre commune en particulier au Bas de Fresnes et au sud est de la voie ferrée du coté de La Fraternelle, sans compter une grande partie de la plaine sud de Wissous.

Par contre il est maintenant question de la plaine sud de Wissous. En effet le SDRIF indique que « Les espaces agricoles naturels les plus pertinents (secteurs du sud de la plateforme aéroportuaire et de la plaine de Montjean ) seront pérennisés » Malgré tout le nombre des pastilles d’urbanisation reste inchangé sur cet espace ce qui n’est pas très cohérent.

Le SDRIF indique que les pastilles expriment une localisation approximative et non une délimitation. Il appartient aux documents d’urbanisme locaux de préciser les limites des espaces identifiés sur le CDGT dans le respect des principes de subsidiarité et de comptabilité. Ces pastilles fixent le maximum de l’urbanisation mais les communes décident de l’importance de celle-ci dans les limites autorisées.

Les communes ou les communautés de communes peuvent étendre de 5% leurs surfaces urbanisées. La surfaces correspondant aux pastilles placées sur Wissous dépassent de très loin ces 5% alors qu’il y a très peu de pastilles sur les autres communes de la CAHB. Celai signifie que les 5% se rapportent à l’ensemble du territoire de la communauté. Wissous une nouvelle fois va être  pénalisée au profit de la CAHB.

La dernière version du CDGT du SDRIF comporte toujours le sigle d’un pôle multimodal logistique à la gare de Wissous.

 Un amendement contre ce projet a été déposé par EELV et nous espérons qu’il sera retenu.

Le SDRIF prévoit à l’horizon 2025 la réalisation de l’interconnexion sud  LGV avec la création d’une gare intermodale air-fer TGV à Orly … mais sans préciser où et une rocade TGV autour de Paris qui assurera un maillage avec le RER et le métro du Grand Paris.

L’évolution de l’aéroport d’Orly est possible (nouvelles destinations) tout en conservant les limitations des vols annuelles, et dans le respect de son plafonnement à 250 000 créneaux et de son couvre feu.

Le SDRIF prévoit de maitriser  la construction de logements et l’augmentation de la population dans les zones soumises aux nuisances.* 

La ligne verte de Grand Paris Versailles/ Orly est projetée avant 2025. ** Il n’est pas question d’un arrêt à Wissous du RER C après la réalisation de l’interconnexion TGV pas plus que d’une station de la ligne verte. Notre commune verra passer sur son territoire TGV, RER C, ORLYVAL, métro du Grand Paris, mais aucun de ces transports en commun ferroviaires ne s’y arrêtera. On peut regretter que la CAHB, avec l’accord de la commune, ne prévoit pas l’ouverture de la gare de Wissous dans son Plan Local de Déplacement Urbain.

Le Transport en Commun en Site Propre (TCSP) Massy Orly est prévu à l’horizon 2030.

Dans le SDRIF nous avons relevé les principes suivants :

-          Il prévoit la préservation des espaces verts existants et la création de nouveaux espaces verts dans les territoires carencés.

-          Il veut éviter le mitage des espaces ouverts franciliens

-          Il veut développer une agriculture périurbaine

-          Il veut préserver la continuité écologique

-          Il veut que la frontière à l’urbanisation soit fixée clairement.

-          Cette urbanisation doit être localisée en continuité de l’espace urbanisé existant communal.

-          Elle doit se faire sur des sites bien desservis en transports collectifs et  circulations douces ou s’accompagner de desserte.

-          La densification de l’existant est à privilégier.

-          Les formes urbaines doivent valoriser les éléments d’urbanisation traditionnelle.

-          La priorité est la limitation de la consommation d’espaces agricoles, boisés et naturels.

-          Les zones d’activités doivent minimiser la consommation d’espaces agricoles, boisés et naturels (C’est le contraire qui a été fait sur les Hauts de Wissous/ Le Pérou)

-          Elles doivent s’accompagner d’une augmentation proportionnelle de l’offre du logement.

-          Il veut offrir à la ville une limite claire et nette par le respect des fronts urbains. La limite de ces derniers doit être parfaitement définie. 

-          Il veut préserver les espaces naturels et fonctionnels en maîtrisant l’étalement urbain.

-          Il veut maîtriser les franges des agglomérations afin de contrôler l’étalement urbain et garantir le bon fonctionnement du système régional des espaces ouverts.

-          Il prévoit de lutter contre l’étalement urbain et le mitage.

-          Il reconnait que la consommation d’espaces naturels touche principalement les espaces naturels et que ceux-ci doivent conserver leurs caractéristiques et n’être ni fragmentés ni altérés.

-          Il prévoit le développement des filières courtes de proximité (pour les produits agricoles)

-          Il veut engager fortement la lutte contre l’imperméabilisation des sols.

-          Il reconnait que le bâti francilien comporte une grande richesse patrimoniale non protégée. (Ce qui n’est pas le cas à Wissous)

-          Il prévoit l’amélioration des paysages et l’intégration du patrimoine bâti dans la composition urbaine.

-          Il prévoit la conservation des bourgs anciens et des grandes fermes. (Dans ce domaine rien n’est fait à Wissous si ce n’est par des particuliers)

-          Il préconise de pérenniser la vocation des espaces verts publics existants et de préserver leurs emprises (Pendant ce temps à Wissous on bétonne le beau domaine Les Etangs)

-           

Nous aimerions que ces grands principes du SDRIF soient appliqués au territoire de Wissous qui pourrait être, du fait de ses caractéristiques, un véritable laboratoire. Mais pour cela il faudrait des autorités locales et des élus convaincus, ambitieux, imaginatifs et visionnaires.

Toutes ces bonnes intentions sont en contradiction avec l’objectif du SDRIF de créer 70 000 logements par an jusqu’en 2030 et d’urbaniser 30 000 ha (soit 150 fois la plaine de Montjean) pendant la même période.

Le SDRIF vise un projet ambitieux qui va accroitre les émissions de gaz à effet de serre. Il reconnait que les espaces boisés sont des puits de carbone, qu’ils sont mal utilisés mais malgré tout il n’envisage pas leur augmentation. Wissous, qui souffre énormément des pollutions atmosphériques du fait de la proximité de l’aéroport et des autoroutes et d’une carence en espaces boisés, aurait bien besoin que l’on augmente sur son sol ces capteurs de CO2 pour épurer notre air ambiant. La commune dispose d’espaces adéquates en particulier au sud.

 Nous attendons la version définitive du SDRIF qui doit être votée par le Conseil Régional, entérinée par le Conseil d’Etat et faire l’objet d’une enquête publique au cours de l’année  2013.

*Pour que cette intention ne soit pas un vœu pieu, il ne faudrait pas que la modification du Plan d’Exposition aux Bruits de l’aéroport d’Orly, votée par les maires des communes environnantes, et qui réduit considérablement les zones non constructibles, permette la construction d’habitation sous  les avions.

**Pour accélérer la réalisation d’un transport en commun sur le Plateau de Saclay, un groupe de pression fait actuellement du lobbying pour imposer une solution alternative à la ligne Verte du métro du Grand Paris entre Versailles et Orly. Elle consisterait en un transport automatique léger aérien jusqu’à  Palaiseau et souterrain dans la traversée de Massy et d’Antony pour se raccorder ensuite à la ligne actuelle de Orlyval.

On ne sait pas très bien comment se ferait ce raccordement mais ce serait certainement au détriment des habitants de la commune de Wissous. L’APEPAW est naturellement opposée à ce projet.

 

Jean-Claude CIRET

Président de l’APEPAW

 

PS : Les parties droites du texte ci-dessus se rapportent directement à ce qui est dans le SDRIF et les parties  inclinées aux commentaires de l’APEPAW

 

 

 

Wissous le 19 novembre 2011

 

 

QUELQUES INFORMATIONS SUR LE SDRIF

 

Après que le Schéma Directeur de la Région Ile de France (SDRIF) de 2008, voté par le Conseil Régional, ait été retoqué par le Conseil d’Etat en particulier pour non compatibilité avec le Grand Paris, un réexamen du SDRIF s’est déroulé. Il a abouti à un nouveau projet en juin 2012. Celui-ci après consultations et concertations a fait l’objet d’une nouvelle version qui a été présentée au Conseil Régional  fin octobre. Au cours de cette présentation plusieurs centaines d’amendements ont été déposées par les élus.

L’APEPAW a suivi attentivement le déroulement des procédures et est intervenue à plusieurs reprises pour donner son avis et faire des propositions concernant en particulier les points qui intéressaient la commune et ses environs.

Notre association a porté son attention spécialement sur les plaines de Montjean et du sud de Wissous.

Dans un premier avant projet en 2007 la plaine de Montjean était relativement épargnée par l’urbanisation en particulier les pépinières de la ville de Paris étaient préservées. Par contre, sans doute sous la pression du maire de Fresnes, une pastille d’urbanisation de 25 ha apparaissait au beau milieu des pépinières dans la Carte de Distribution Générale des différentes parties du Territoire (CDGT) du SDRIF voté en 2008 par le Conseil Régional.

L’APEPAW a naturellement réagit et est intervenue à tous les niveaux.

Dans le projet de travail du SDRIF  élaboré en juin 2012 la pastille d’urbanisation s’était déplacée vers l’ouest à cheval sur l’autoroute empiétant toujours sur les pépinières. Cet emplacement est ambiguë car il laisse supposer que l’urbanisation se ferait des deux côtés de l’autoroute et sur celle-ci, ce qui nécessite son recouvrement comme le demande le maire de Fresnes.

Le texte de ce projet de SDRIF sur la plaine de Montjean indiquait que celle-ci ferait l’objet d’une attention particulière et d’une urbanisation conditionnelle de 50 ha bien que la couleur des pastilles du plan associé se rapportait à une urbanisation préférentielle. Le SDRIF prévoit 35 logements par ha urbanisé soit la création sur la plaine de 1750 logements. En prenant une moyenne de 3 personnes par logements nous obtenons une implantation de 5250 habitants sur la plaine soit l’équivalent de la population de Wissous.

Ce SDRIF ne fait aucune allusion à la plaine sud de Wissous qui couvre une surface du même ordre que celle de la plaine de Montjean. Par contre une dizaine de pastilles y figure soit l’équivalent de 250 ha d’urbanisation ce qui représente la quasi totalité de la plaine.

C’est avec ahurissement que sur la Carte de Distribution Générale des différentes parties du Territoire (CDGT ) du SDRIF nous avons constaté qu’il était prévu de créer un pôle multimodal logistique pour le fret à la gare de Wissous. Si depuis des décennies la population de Wissous réclame l’ouverture de cette gare pour les passagers du RER C, ce n’est pas pour l’ouvrir au fret. L’emplacement n’est absolument pas adapté au trafic des poids lourds qui viendraient alimenter la plate forme logistique. Par contre avec quelques aménagements de voiries et la création d’une aire de stationnement pour les véhicules légers auprès de la gare, celle-ci pourrait recueillir de nombreux passagers de la région en plus de ceux de la commune.

La version octobre 2012 du SDRIF présentée au Conseil Régional comporte des modifications importantes concernant notre secteur.

Le chapitre sur la plaine de Montjean a été réécrit. Il n’est plus question de 50 ha urbanisables et la plaine doit conserver sa vocation agricole et horticole. Les pépinières ont vocation à être pérennisées sur le site en s’ouvrant au marché public francilien et l’agriculture à muter en terme de type de productions et vers le maraichage.

Malgré tout le nombre et les emplacements des pastilles restent identiques sur la CDGT en particulier celle, placée à cheval sur l’autoroute, qui empiète sur les pépinières de la ville de Paris. Elles changent de couleur pour passer du brun à l’orange c'est-à-dire d’une urbanisation préférentielle à une urbanisation conditionnelle.  

Le SDRIF prévoit une continuité écologique et une coulée verte entre le parc de Massy et la plaine sud de Wissous, mais la CAHB et la commune de Wissous se sont empressées récemment de modifier le PLU de Wissous pour construire des entrepôts logistiques dans la zone des Hauts de Wissous créant ainsi une barrière écologique infranchissable entre les deux espaces ouverts.

D’une façon générale les coulées écologiques et trames vertes qui devraient relier le parc régional de Massy, la plaine sud de Wissous, la plaine de Montjean et le parc de Sceaux ne sont pas pris en compte par les aménageurs de ce secteur. Il est vrai que les infrastructures routières et ferroviaires  ne facilitent pas leur réalisation en absence de traversées spécifiques (circulations douces et de la faune)

Des élus du 94 du Groupe Mouvement Populaire du Conseil Régional ont déposé un amendement pour que les 50 ha d’urbanisation prévus sur les communes de Rungis et de Fesnes de la plaine de Montjean soient supprimés. Comme  la surface urbanisable supprimée doit se retrouver ailleurs, il est à craindre que ce soit Wissous qui soit visée, alors que le SDRIF prévoit déjà 150 ha urbanisables sur notre commune en particulier au Bas de Fresnes et au sud est de la voie ferrée du coté de La Fraternelle, sans compter une grande partie de la plaine sud de Wissous.

Par contre il est maintenant question de la plaine sud de Wissous. En effet le SDRIF indique que « Les espaces agricoles naturels les plus pertinents (secteurs du sud de la plateforme aéroportuaire et de la plaine de Montjean ) seront pérennisés » Malgré tout le nombre des pastilles d’urbanisation reste inchangé sur cet espace ce qui n’est pas très cohérent.

Le SDRIF indique que les pastilles expriment une localisation approximative et non une délimitation. Il appartient aux documents d’urbanisme locaux de préciser les limites des espaces identifiés sur le CDGT dans le respect des principes de subsidiarité et de comptabilité. Ces pastilles fixent le maximum de l’urbanisation mais les communes décident de l’importance de celle-ci dans les limites autorisées.

Les communes ou les communautés de communes peuvent étendre de 5% leurs surfaces urbanisées. La surfaces correspondant aux pastilles placées sur Wissous dépassent de très loin ces 5% alors qu’il y a très peu de pastilles sur les autres communes de la CAHB. Celai signifie que les 5% se rapportent à l’ensemble du territoire de la communauté. Wissous une nouvelle fois va être  pénalisée au profit de la CAHB.

La dernière version du CDGT du SDRIF comporte toujours le sigle d’un pôle multimodal logistique à la gare de Wissous.

 Un amendement contre ce projet a été déposé par EELV et nous espérons qu’il sera retenu.

Le SDRIF prévoit à l’horizon 2025 la réalisation de l’interconnexion sud  LGV avec la création d’une gare intermodale air-fer TGV à Orly … mais sans préciser où et une rocade TGV autour de Paris qui assurera un maillage avec le RER et le métro du Grand Paris.

L’évolution de l’aéroport d’Orly est possible (nouvelles destinations) tout en conservant les limitations des vols annuelles, et dans le respect de son plafonnement à 250 000 créneaux et de son couvre feu.

Le SDRIF prévoit de maitriser  la construction de logements et l’augmentation de la population dans les zones soumises aux nuisances.* 

La ligne verte de Grand Paris Versailles/ Orly est projetée avant 2025. ** Il n’est pas question d’un arrêt à Wissous du RER C après la réalisation de l’interconnexion TGV pas plus que d’une station de la ligne verte. Notre commune verra passer sur son territoire TGV, RER C, ORLYVAL, métro du Grand Paris, mais aucun de ces transports en commun ferroviaires ne s’y arrêtera. On peut regretter que la CAHB, avec l’accord de la commune, ne prévoit pas l’ouverture de la gare de Wissous dans son Plan Local de Déplacement Urbain.

Le Transport en Commun en Site Propre (TCSP) Massy Orly est prévu à l’horizon 2030.

Dans le SDRIF nous avons relevé les principes suivants :

-          Il prévoit la préservation des espaces verts existants et la création de nouveaux espaces verts dans les territoires carencés.

-          Il veut éviter le mitage des espaces ouverts franciliens

-          Il veut développer une agriculture périurbaine

-          Il veut préserver la continuité écologique

-          Il veut que la frontière à l’urbanisation soit fixée clairement.

-          Cette urbanisation doit être localisée en continuité de l’espace urbanisé existant communal.

-          Elle doit se faire sur des sites bien desservis en transports collectifs et  circulations douces ou s’accompagner de desserte.

-          La densification de l’existant est à privilégier.

-          Les formes urbaines doivent valoriser les éléments d’urbanisation traditionnelle.

-          La priorité est la limitation de la consommation d’espaces agricoles, boisés et naturels.

-          Les zones d’activités doivent minimiser la consommation d’espaces agricoles, boisés et naturels (C’est le contraire qui a été fait sur les Hauts de Wissous/ Le Pérou)

-          Elles doivent s’accompagner d’une augmentation proportionnelle de l’offre du logement.

-          Il veut offrir à la ville une limite claire et nette par le respect des fronts urbains. La limite de ces derniers doit être parfaitement définie. 

-          Il veut préserver les espaces naturels et fonctionnels en maîtrisant l’étalement urbain.

-          Il veut maîtriser les franges des agglomérations afin de contrôler l’étalement urbain et garantir le bon fonctionnement du système régional des espaces ouverts.

-          Il prévoit de lutter contre l’étalement urbain et le mitage.

-          Il reconnait que la consommation d’espaces naturels touche principalement les espaces naturels et que ceux-ci doivent conserver leurs caractéristiques et n’être ni fragmentés ni altérés.

-          Il prévoit le développement des filières courtes de proximité (pour les produits agricoles)

-          Il veut engager fortement la lutte contre l’imperméabilisation des sols.

-          Il reconnait que le bâti francilien comporte une grande richesse patrimoniale non protégée. (Ce qui n’est pas le cas à Wissous)

-          Il prévoit l’amélioration des paysages et l’intégration du patrimoine bâti dans la composition urbaine.

-          Il prévoit la conservation des bourgs anciens et des grandes fermes. (Dans ce domaine rien n’est fait à Wissous si ce n’est par des particuliers)

-          Il préconise de pérenniser la vocation des espaces verts publics existants et de préserver leurs emprises (Pendant ce temps à Wissous on bétonne le beau domaine Les Etangs)

-           

Nous aimerions que ces grands principes du SDRIF soient appliqués au territoire de Wissous qui pourrait être, du fait de ses caractéristiques, un véritable laboratoire. Mais pour cela il faudrait des autorités locales et des élus convaincus, ambitieux, imaginatifs et visionnaires.

Toutes ces bonnes intentions sont en contradiction avec l’objectif du SDRIF de créer 70 000 logements par an jusqu’en 2030 et d’urbaniser 30 000 ha (soit 150 fois la plaine de Montjean) pendant la même période.

Le SDRIF vise un projet ambitieux qui va accroitre les émissions de gaz à effet de serre. Il reconnait que les espaces boisés sont des puits de carbone, qu’ils sont mal utilisés mais malgré tout il n’envisage pas leur augmentation. Wissous, qui souffre énormément des pollutions atmosphériques du fait de la proximité de l’aéroport et des autoroutes et d’une carence en espaces boisés, aurait bien besoin que l’on augmente sur son sol ces capteurs de CO2 pour épurer notre air ambiant. La commune dispose d’espaces adéquates en particulier au sud.

 Nous attendons la version définitive du SDRIF qui doit être votée par le Conseil Régional, entérinée par le Conseil d’Etat et faire l’objet d’une enquête publique au cours de l’année  2013.

*Pour que cette intention ne soit pas un vœu pieu, il ne faudrait pas que la modification du Plan d’Exposition aux Bruits de l’aéroport d’Orly, votée par les maires des communes environnantes, et qui réduit considérablement les zones non constructibles, permette la construction d’habitation sous  les avions.

**Pour accélérer la réalisation d’un transport en commun sur le Plateau de Saclay, un groupe de pression fait actuellement du lobbying pour imposer une solution alternative à la ligne Verte du métro du Grand Paris entre Versailles et Orly. Elle consisterait en un transport automatique léger aérien jusqu’à  Palaiseau et souterrain dans la traversée de Massy et d’Antony pour se raccorder ensuite à la ligne actuelle de Orlyval.

On ne sait pas très bien comment se ferait ce raccordement mais ce serait certainement au détriment des habitants de la commune de Wissous. L’APEPAW est naturellement opposée à ce projet.

 

Jean-Claude CIRET

Président de l’APEPAW

 

PS : Les parties droites du texte ci-dessus se rapportent directement à ce qui est dans le SDRIF et les parties  inclinées aux commentaires de l’APEPAW

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by apepaw - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

A.P.E.P.A.W.

Association pour l'environnement et le patrimoine de Wissous

totemNotre mission est de:

  • de sauvegarder, de protéger, d’améliorer l’environnement, le cadre de vie et les paysages de la commune.

  • de pérenniser l’aspect rural et l’activité agricole périurbaine et de proximité de Wissous

  • de préserver ses espaces naturels, ses parcs, ses domaines de toute urbanisation et agression intempestives.

  • de suivre tous les projets d’aménagements communaux, régionaux ou nationaux ayant des conséquences sur l’environnement, le cadre et les conditions de vie des habitants de la commune.

  • de préserver et de mettre en valeur le patrimoine immobilier et historique de Wissous

  • de faire des recherches sur le passé de la commune et de les publier (monographies, articles ...)

  • de sauvegarder et de réhabiliter son vieux village et de le redynamiser l’activité commerciale de celui-ci.

  • de promouvoir et de faire connaître le caractère exceptionnel de notre commune.

  • de participer à toute animation et manifestation participant à cet objectif.

 APEPAW

Accueil