Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 16:14

Wissous le 11 janvier 2014

 

QUE POUVONS NOUS SAUVER DU PATRIMOINE DE WISSOUS ?

 

Dans les années 1970,  Wissous avait encore un patrimoine immobilier ancien en bon état qui constituait une richesse et faisait de  notre commune une citée originale à 10 kms de Paris. Ce potentiel a été négligé pendant des décennies et il se trouve actuellement dans un état lamentable.

Il était possible de faire de Wissous une belle petite commune, exemplaire et différentes de toutes les villes de la région qui sont défigurées par la destruction de leurs patrimoine ancien. Wissous devient de plus en plus une commune ordinaire et banale qui perd son caractère.

Depuis 40 ans les municipalités successives ont acheté les bâtiments anciens les plus remarquables mais pas pour les restaurer afin de leur donner une vocation communale, mais pour les détruire ou les laisser à l’abandon en attendant qu’ils s’écroulent d’eux-mêmes

Nous allons faire un historique de la destruction programmée du patrimoine communal.

Cela a commencé au milieu des années 1970 par la suppression du lavoir et du petit abreuvoir sis à l’angle des rues Pelletier et Lemercier. Le petit abreuvoir a été placé dans le domaine Les Etangs. A la même époque le lavoir et l’abreuvoir de la rue de l’Amiral Mouchez ont été rasés. Une partie de la charpente du lavoir a été réutilisée par la paroisse aux Buissonnets.

En 1978, le domaine Les Etangs a été acheté par la commune. La maison de maître a été restaurée pour accueillir la bibliothèque et quelques logements pour le personnel communal. Cette restauration n’a pas été très respectueuse de l’architecture comme les architectes du patrimoine l’ont fait remarquer. Plus grave la très belle salle de billard en charpente métallique jouxtant le bâtiment a disparu sans laisser d’adresse.

Le pavillon dit du gardien datant des 17° et 18° siècles, présente un intérêt architectural plus intéressant ce qui a été confirmé par les architectes du patrimoine. Au moment de l’achat il était encore habité par le gardien. Celui-ci dut le quitter quelques années après et depuis le pavillon n’a fait l’objet d’aucun entretien ni de mesures conservatoires. Les municipalités successives ont promis de le restaurer pour qu’il soit mis à la disposition du public, mais aucune n’a tenu ses promesses. Des études ont pourtant été faites vers l’an 2000 et des subventions départementales importantes obtenues mais pas utilisées.

La municipalité actuelle veut raser ce pavillon ainsi que l’animalerie avec son pigeonnier. Cette décision a été prise sans concertation, sans justification et sans qu’aucun projet ne soit présenté à la population. Elle avait promis en 2008, de préserver ce patrimoine, aussi la moindre des choses aurait été qu’il y ait un débat public avant de prendre la décision de faire disparaitre le bâtiment le plus intéressant après l’église et la grange aux dimes. La seule explication donnée, mais sans justification, est que le pavillon est irrécupérable. Quand on veut tuer son chien on l’accuse d’avoir la rage.

Un spécialiste de la restauration des bâtiments anciens, qui a été consulté par la commune et qui connait bien le pavillon, nous a assuré qu’il pouvait restaurer celui-ci pour la moitié du coût du projet de la municipalité consistant à raser le pavillon pour le remplacer par un bâtiment entièrement neuf.

Depuis de nombreuses années, l’APEPAW milite pour la sauvegarde de ce bâtiment. Elle a proposé d’en faire une annexe de la bibliothèque spécialisée plus particulièrement dans la conservation des archives et des documents précieux. Une salle de consultation et un espace d’exposition pourraient être créés au rez-de-chaussée. L’APEPAW proposait aussi de remettre en état l’animalerie et de la repeupler sous la forme d’une mini-ferme pédagogique. L’APEPAW était prête à participer à la gestion de celle-ci.

L’APEPAW demande que le projet municipal soit gelé et que l’avenir du pavillon soit réétudié en toute transparence et concertation avec la population suite aux prochaines élections.

Au début des années 1980 deux autres bâtiments intéressants du 19° siècle achetés par la commune furent rasés sans préavis.

Une belle maison de maitre située rue Paul Doumer qui avait accueilli au début du 20° siècle un pensionnat de jeunes filles puis de jeunes gens (voir monographie WISSOUS AU TEMPS JADIS) Cette propriété a été remplacée par un petit square et des parkings.

Plus grave a été la destruction de la petite gare de l’Arpajonnais située entre les rues Georges Collin et Louis Boussard. C’était un rare témoin qui jalonnait  cette ligne de chemin de fer historique(voir monographie WISSOUS AU TEMPS JADIS). Il avait accueilli la première pharmacie de Wissous et aurait pu très bien être réaménagé et réutilisé. On a préféré la facilité.

Le domaine du Château Gaillard est une autre preuve de gaspillage du patrimoine communal. Les bâtiments de cette propriété acquise par la commune au milieu des années 1980 ont été depuis laissés à l’abandon. La municipalité d’alors a expulsé après moult procès les exploitants du restaurant installé dans la maison de maitre du 19° siècle remarquée par les architectes du patrimoine en 2000(voir la monographie WISSOUS AU TEMPS JADIS). Ceux-ci entretenaient les bâtiments mais après leur départ ceux-ci furent complètement abandonnés. Ils ont été rasés, ou ils sont dans un état de quasi ruines.

L’APEPAW a proposé, alors que la maison de maitre était encore en assez bon état, de l’affecter après aménagement

  • Soit à une extension de la mairie qui est à l’étroit dans ses locaux actuels

  • Soit aux services techniques actuellement décentrés au Bas de Fresnes dans des locaux loués chers.

  • Soit à une maison des associations.

Après une telle incurie, que peut-on sauver ? Malheureusement la maison de maitre nous semble condamnée, par contre la belle orangerie qui jusque dans les années 1980 a accueilli de nombreux repas en particulièrement de mariage doit être impérativement sauvée.  Il manque un tel espace à Wissous et dans les environs et son utilisation peut être multiple et très rentable : mariages, banquets, séminaires, colloques … Il bénéficie d’un cadre attractif et qui peut l’être encore plus.

Autre scandale : l’abandon des bâtiments du legs Dhommée.

En 1972 la commune de Wissous est devenue propriétaire par legs des bâtiments de Mme veuve Dhommée à condition qu’ils soient consacrés aux personnes âgées.  Ils étaient à l’époque en bon état et occupés. Faute d’entretien ils se sont dégradés et dans les années 1980 ont été évacués de leurs locataires, des personnes âgées, et déclarés insalubres. Depuis ils sont à l’abandon et se dégradent d’année en année. Les municipalités se sont engagées à les remettre en état, de nombreuses études ont été faites, des budgets prévus mais rien n’a débouché. En 2008 la municipalité actuelle reproche à la précédente d’avoir laissé à l’abandon les bâtiments du legs Dhommée mais pendant 6 ans elle n’a rien fait pour les sauver et même prévoit maintenant, en infraction avec les clauses du legs, de les raser pour construire à la place des bâtiments modernes.

La commune a acquis à la même époque les bâtiments de l’ancienne imprimerie Lalande jouxtant ceux du legs Dhommée. Eux aussi sont  à l’abandon depuis 40 ans. Si une partie des installations pouvaient poser des problèmes pour des raisons de pollution des sols, la solide maison de maitre aurait pu être isolée du reste et aménagée en logements.

L’opération immobilière incluant les bâtiments du legs Dhommée et de l’imprimerie Lalande qui s’est déroulée dans l’opacité et sans  franche concertation avec la population. Elle a fait l’objet d’une enquête publique confidentielle dans le dossier de laquelle il apparaissait clairement  que les bâtiments du Legs Dhommée étaient détruits. Malgré certaines déclarations verbales d’un membre de la municipalité l’APEPAW  très sceptique  a déposé ses observations sur cette disparition programmée de ces bâtiments. Ce projet doit être  gelé après les élections et faire l’objet  d’une information et d’une concertation avec la population.

La commune est également propriétaire de deux autres bâtiments anciens. Celui sis  au début de la rue de la Division Leclerc qui a abrité l’école des garçons, la mairie et la poste. Il a été habité jusqu’au début des années 2000 puis déclaré insalubre et laissé à l’abandon, alors qu’il aurait été possible de maintenir les logements au moyens d’une solution qui n’engage pas les finances locales.

Il en est de même pour le bâtiment sis au 21 rue Paul Doumer. Dans les années 2000 la municipalité d’alors a fait jouer son droit de préemption sur ce bâtiment du 17° siècle qui est le plus ancien de Wissous. Ce témoin du passé, remarqué par les architectes du patrimoine, était habité par des personnes ayant besoin d’un suivi spécial. Des voisins s’étaient portés acquéreurs pour le restaurer, mais la municipalité a préféré l’acheter et malheureusement depuis, déclaré insalubre, il est à l’abandon lui aussi, après que les locataires en aient été retirés. Comme pour le bâtiment de l’ancienne mairie celui-ci aurait pu être restauré sans participation financière de la commune pour y recréer des logements et ainsi participer à la réactivation du vieux Wissous

Nous terminerons en évoquant le domaine de Montjean et en particulier  le château et ses dépendances. Le sujet mérite à lui seul un exposé qui lui sera spécialement consacré ultérieurement.

                                                                                                                 Jean-Claude CIRET

                                                                                                                 Président de l’APEPAW

Partager cet article

Repost 0
Published by apepaw - dans Patrimoine
commenter cet article

commentaires

A.P.E.P.A.W.

Association pour l'environnement et le patrimoine de Wissous

totemNotre mission est de:

  • de sauvegarder, de protéger, d’améliorer l’environnement, le cadre de vie et les paysages de la commune.

  • de pérenniser l’aspect rural et l’activité agricole périurbaine et de proximité de Wissous

  • de préserver ses espaces naturels, ses parcs, ses domaines de toute urbanisation et agression intempestives.

  • de suivre tous les projets d’aménagements communaux, régionaux ou nationaux ayant des conséquences sur l’environnement, le cadre et les conditions de vie des habitants de la commune.

  • de préserver et de mettre en valeur le patrimoine immobilier et historique de Wissous

  • de faire des recherches sur le passé de la commune et de les publier (monographies, articles ...)

  • de sauvegarder et de réhabiliter son vieux village et de le redynamiser l’activité commerciale de celui-ci.

  • de promouvoir et de faire connaître le caractère exceptionnel de notre commune.

  • de participer à toute animation et manifestation participant à cet objectif.

 APEPAW

Accueil