Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 09:30

Association

POUR L’ENVIRONNEMENT

ET LE PATRIMOINE DE WISSOUS

5 rue du Bas des Glaises

91320 Wissous

 

 Comme elle le fait lors des élections, l’APEPAW a envoyé un  questionnaire aux candidats à l’élection des conseillers départementaux du canton de Savigny des 22 et 29 mars prochains.

Seuls les candidats de la Majorité Départementales ont répondu. Vous trouverez ci-dessous leurs réponses.

 

QUESTIONS POSEES PAR L’APEPAW AUX CANDIDATS A L’ELECTION

 

DEPARTEMENTALE  DU CANTON DE SAVIGNY DES   22 et 29 MARS 2015

 

 

1/ Soutiendrez vous la demande de subvention au conseil général pour la réalisation d’une piste cyclable le long du boulevard de l’Europe et reliant celle départementale longeant la RD 167, au pont de chemin de fer route de Montjean. ?

OUI, nous sommes fervents partisans des circulations douces en complément des voies existantes

 

2/ Soutiendrez vous la demande de subvention pour la mise en place d’un ovoïde sous la voie ferrée route de Montjean, afin de permettre le passage des piétons et des cyclistes ce qui permettra la suppression des feux tricolores non réglementaires et donc dangereux  installés à cet endroit qui freinent considérablement la fluidité de la circulation et occasionnent des bouchons considérables.

OUI, sous réserve de sa possible réalisation

 

3/ Soutiendrez vous la demande de subvention pour réhabiliter le pavillon du gardien du 17/18° ième siècle situé dans le domaine « Les Etangs » afin  d’augmenter les services de la bibliothèque municipale. ?

Dans la mesure où cela correspond à une demande des Wissoussiens relayée par la commune, oui

 

4/ Soutiendrez vous la demande de subvention destiné à la réhabilitation de l’orangerie du domaine du Château Gaillard afin d’en faire une salle multi fonctions communale. ?

la politique culturelle de la majorité départementale a toujours cherché l’équilibre entre culture vivante et préservation du patrimoine, donc oui vis-à-vis de l’équipement et de la destination

 

5/ Soutiendrez vous le projet régional en cours de création, sur la plaine de Montjean, d’un Périmètre Régional d’Intervention Foncière (PRIF) ?

Le devenir de la plaine de Montjean doit être analysée dans son insertion dans la dynamique du Grand Paris et sa préservation environnementale, dossier a regardé donc de près

 

6/ Agirez vous afin de conserver sur la commune de Wissous spécialement sur sa plaine sud une activité agricole en particulier en faisant évoluer celle-ci vers une agriculture périurbaine de proximité (AMAP, agriculture biologique ....) ?

OUI, en cohérence avec les projets acceptable d’ADP

 

7/ Agirez-vous pour que la gare de Wissous, traversée par le RER C, soit ouverte quand l’interconnexion sud des TGV sera réalisée ?

OUI, la aussi en fonction des possibilités techniques envisageables

 

8/ Agirez vous pour que toute nouvelle voie ferrée traversant le territoire de Wissous en particulier l’interconnexion sud de la LGV, soit enterrée?

OUI, dans le respect de contraintes budgétaires acceptables

 

9 / Le SDRIF adopté par le Conseil Régional d’Ile de France prévoit la création sur la plaine de Montjean d’un parc régional. Ce parc ne pourra voir le jour que si l’entreprise PAPREC  de traitement des déchets installée au beau milieu de la plaine est transférée sur un autre site entrainant moins de nuisance  pour la population.  L’APEPAW propose depuis ne nombreuses années une délocalisation au sud de Wissous sur l’emprise de  l’aéroport. Agirez vous auprès des collectivités territoriales, des autorités de tutelle, de l’entreprise pour  trouver les conditions matérielles et financières d’un tel déplacement ?

OUI, en concertation avec la préfecture de région et ADP

 

10/ Wissous depuis toujours voit passer les transports en commun ferroviaires sans qu’aucun ne s’y arrête. Le projet de ligne 18 du métro de la Société du Grand Paris ne déroge pas à cette règle. Soutiendrez- vous la commune de Wissous pour que celle-ci obtienne une gare sur son territoire. ?

OUI, mais l’important est de pouvoir joindre facilement les gares de proximité et de faire évoluer le maillage des transports en commun en conséquence

 

11/ Agirez vous au sein du Conseil départemental pour que la commune de Wissous obtienne une aide financière pour l’acquisition des terrains jouxtant l’Espace Naturel Sensible de Montjean afin d’étendre celui-ci. Cette extension est prévue dans une convention passée entre la commune de Wissous et le Conseil Général de l’Essonne et approuvée par celui-ci le 10 mai 2010.

OUI

 

 

 

                                                                                                         Jean-Claude CIRET

                                                                                                         Président de l’APEPAW

Repost 0
Published by apepaw - dans Activités
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 10:49

Association

POUR L’ENVIRONNEMENT

ET LE PATRIMOINE DE WISSOUS                                        Wissous le 7 janvier 2015

 

 

 

RAPPORT MORAL ET D’ACTIVITE DU PRESIDENT DE L’APEPAW

POUR L’ANNEE 2014

 

Présenté et soumis au vote lors de l’Assemblée Générale du 30 janvier 2015

 

Après une augmentation importante des effectifs de l’APEPAW en 2013, ceux-ci sont revenus au niveau de 2012.

L’année 2014 a été marquée par les élections municipales qui ont été l’occasion pour l’APEPAW de questionner les différents postulants sur leurs projets et leurs positions concernant les problèmes environnementaux et patrimoniaux de la commune. Seul le maire sortant n’a pas répondu à notre questionnaire alors que  toutes les autres listes se sont globalement prononcées  favorablement sur les objectifs de notre association. La municipalité précédente avait manifesté le plus profond mépris pour l’APEPAW. La nouvelle équipe, dans un esprit participatif que nous avons toujours souhaité, semble vouloir s’engager dans une politique de concertation avec notre association. Nous espérons que celle-ci se poursuivra pour le plus grand bien de notre commune.

 

L’APEPAW a tenté en 2013 de lancer pour 2014 un grand programme d’actions à l’occasion de la commémoration du centenaire de la guerre de 14/18.  Ce projet, labellisé pourtant par les instances nationales du Centenaire,  a malheureusement échoué  en grande partie du fait de la mauvaise volonté de la municipalité précédente. La demande de subvention pour la réalisation de ce programme a été déposée en mairie en novembre 2013, mais ignorée par la municipalité précédente qui a instruit les dossiers de subventions des associations. Ceux-ci ont été repris intégralement par la nouvelle municipalité de sorte que la demande de l’APEPAW ne figurait pas dans la liste des subventions votées par le conseil municipal début 2014.

 

Pendant quatre ans l’APEPAW, n’avait pas demandé de subvention à la commune compte tenu de l’attitude négative de la municipalité qui récusait tous ses projets. Malgré tout étant donné l’importance nationale de l’événement, elle a déposé fin 2013 une demande uniquement pour financer les manifestations dans le cadre du Centenaire de 14/18. Nous rappelons que l’APEPAW n’a jamais demandé de subvention de fonctionnement mais uniquement pour des animations communales gratuites.

 

Malgré tout, sur ses fonds propres l’APEPAW a loué une exposition au Conseil Général de l’Aisne « Chemins de civils en guerre » qui montre les conséquences de la guerre pour les populations dans les zones de combats. Elle a été présentée dans le hall de la mairie du 28 novembre au 9 décembre 2014. La commune a mis, à cette occasion, un véhicule à la disposition de l’APEPAW pour les déplacements de l’exposition.

 

L’APEPAW désirait aussi réaliser une exposition originale sur les peintres et les dessinateurs ayant illustrés la guerre de 14/18 à l’époque du conflit. Cette exposition doit être présentée sous forme de bâches imprimées. N’ayant pas eu de subventions pour 2015, elle a demandé une aide spécifique à la nouvelle municipalité qui vient de lui être accordée. Sans attendre celle-ci, l’association a commencé la conception de l’exposition et acquis du matériel pour ce faire. L’exposition sera prête avant l’été prochain.

 

L’APEPAW a sorti en 2014 un DVD présentant toutes les cartes postales  anciennes connues  éditées jusqu’à la deuxième guerre mondiale.

L’association a participé au forum des associations 2014.

 

L’APEPAW a distribué  dans tout Wissous, avant les élections municipales, 2500 exemplaires du numéro spécial (n°36) de son bulletin « APEPAW INFORMATION » dans lequel figurent les réponses des candidats aux élections municipales et la vision qu’a l’APEPAW de Wissous.

 

L’APEPAW a participé à la cérémonie à la mémoire des déportés qui s’est déroulée à la gare de Wissous et a déposé, à cette occasion comme tous les ans,  une gerbe devant la plaque commémorative.

 

Le président depuis plusieurs années désire être remplacé à ce poste. Il ne peut plus assumer avec autant de dynamisme sa tache et cela se ressent énormément sur l’activité de l’APEPAW. Après avoir prospecté au sein de l’association, un appel à candidature a été lancé, mais  sans résultat, au moyen de la gazette de Wissous.

 

Le conseil d’administration qui sera complété lors de l’assemblée générale aura à désigner un nouveau président si possible ou à décider de la façon de  faire sortir l’APEPAW de cette situation.

 

 

 

 

Le Président

 

 

Repost 0
Published by apepaw - dans Activités
commenter cet article
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 18:20

STATUTS DE L’ASSOCIATION

‘ POUR l’ENVIRONNEMENT ET LE PATRIMOINE DE WISSOUS ‘

 

 

Article 1 - L’association ‘ Pour  l’Environnement et le Patrimoine de Wissous ‘  (A.P.E.P.A.W.) fondée en 2000 est régie par  la loi du 1° juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

 

Article 2 L’association ‘ Pour l’Environnement et le Patrimoine de Wissous ‘ a pour but :

 

            - De protéger, conserver, restaurer, promouvoir l’environnement, la nature, la faune et la flore, la biodiversité, les espaces naturels, les paysages, le patrimoine, les monuments et sites naturels et historiques.

-          De lutter contre les pollutions et nuisances de tout ordre

-          De veiller au maintien et à l’amélioration du cadre de vie

-          De veiller à ce que la gestion publique en matière d’environnement et de patrimoine s’effectue dans la transparence et le respect de la légalité.

-          D’entreprendre des recherches historiques sur la commune et le département pour être éventuellement publiées et constituer des archives historiques.

L’APEPAW se réserve le droit d’agir en justice contre toute décision administrative ou toute action préjudiciable à ses objectifs, à l’environnement et au patrimoine qui entraîne des effets sur tout ou partie du département.

 

Article 3 - L’association a son siège au 5 rue du Bas des Glaises à Wissous. Ce siège pourra être transféré par simple décision du Conseil d’Administration. Cette décision devra être ratifiée par l’Assemblée Générale qui suivra cette décision.

 

Article 4 - Les moyens d’actions sont : la tenue d’assemblées périodiques et de réunions publiques, la publication d’articles et de bulletins d’informations, l’envoi de pétitions, l’intervention près des autorités compétentes.

L’association s’interdit de s’associer à toute manifestation présentant un caractère purement politique ou confessionnel.

 

Article 5 – Peuvent adhérer à l’association toutes les personnes physiques âgées de 16 ans au moins ainsi que les associations ayant les mêmes objets que l’APEPAW. Les adhésions doivent être agréées par le bureau qui statue sur les demandes d’admission présentées. En cas de refus une justification est donnée à l’intéressé(e).

 

Article 6 - L’association se compose de membres actifs et d’adhérents.

 

Article 7 - Le montant de la cotisation est fixé chaque année lors de l’Assemblée Générale. La cotisation initiale est fixée à 20 euros pour 2012.

 

Article 8 - La qualité de membre se perd par : démission écrite, décès, radiation pour non paiement de la cotisation ou pour motif grave. Dans ce cas l’intéressé est invité par lettre recommandée à se présenter devant le Bureau pour fournir des explications et se voir éventuellement signifié sa radiation.

 

Article 9   L’association est dirigée par un Conseil d’Administration de 8 membres au maximum élus pour 3 ans par les adhérents à jour de leur cotisation lors de l’Assemblée Générale annuelle.

 

Le vote par procuration est autorisé, celui par correspondance est interdit.

Est éligible au Conseil d’Administration tout adhérent membre de l’association depuis au moins 6 mois et à jour de sa cotisation. Les membres du Conseil d’Administration sont rééligibles.

 

- Article 10 -  Le Conseil d’Administration nouvellement élu désigne en son sein un Bureau de 4 personnes dont un président un secrétaire et un trésorier. En cas de vacance pendant son mandat d’un membre du Conseil d’Administration pour démission, décès, absences non justifiées de longue durée, non règlement de la cotisation … le Conseil d’Administration peut coopter un remplaçant pour le reste de l’année en cours. Cette cooptation sera soumise à l’Assemblée Générale suivante pour le restant de la mandature.

Le Conseil d’Administration autorise son président à engager chaque action en justice et à entreprendre les démarches nécessaires conformément à l’article 2 des statuts.

 

Article 11 - L’Assemblée Générale se réunit au moins une fois par an et chaque fois qu’elle est convoquée par le Conseil d’Administration ou par la majorité des membres de l’Association.

L’ordre du jour de l’Assemblée Générale est rédigé par le Conseil d’Administration. Le Bureau de l’Assemblée Générale est celui du Conseil d’Administration

 

Article 12 - L’Assemblée Générale délibère sur les rapports moral et financier de l’association présentés par le Bureau. Elle vote sur les comptes de l’exercice clos et le budget de l’exercice à venir. Elle délibère sur les questions mises à l’ordre du jour. Elle élit le nouveau Conseil d’Administration lors de l’échéance du renouvellement de celui-ci. Elle se prononce sur les modifications de statut proposées par le Conseil d’Administration ou par la majorité des membres de l’association.

Les délibérations sont prises à la majorité simple des voix des adhérents présents ou représentés. Si le quart des adhérents n’est pas présent ou représenté à l’heure fixée pour l’Assemblée Générale, une nouvelle Assemblée Générale est prévue dans la convocation une demi-heure plus tard laquelle délibère alors sans l’obligation d’avoir le quorum.

 

 

Article 13 - Les ressources de l’association comprennent : le montant des cotisations et des dons, les subventions de l’Etat, de la Région, du Département et de la Commune.

 

Article 14 Les statuts peuvent être modifiés par l’Assemblée Générale sur proposition du Conseil d’Administration ou de la majorité des membres de l’association faite un mois avant l’Assemblée Générale. Une majorité des 2/3 des votants est requise pour toute modification des statuts.

 

Article 15 - La dissolution de l’association peut être prononcée par la majorité des membres présents à l’Assemblé Générale, à condition que la moitié des membres de l’association participe au vote. En cas de dissolution, l’Assemblée Générale nomme un ou plusieurs liquidateurs et l’actif est dévolu conformément à l’article 9 de la loi du 1° juillet 1901 et au décret du 16 août 1901.

 

Si l’association vient à être dissoute, les droits d’auteurs de l’APEPAW pour ses publications et ses archives seront cédés à la commune conformément aux conventions qui seront signées ente l’association et la commune.

A défaut de conventions avec la commune le reliquat des publications et les archives de l’APEPAW seront remis aux Archives Départementales et les droits d’auteurs disparaitront avec l’association.

 

Ces statuts ont été adoptés lors d’une Assemblée Générale Extraordinaire de l’APEPAW qui a eu lieu le 28 septembre 2012 à Wissous.

 

 

 

Le Président                                                                                Le Trésorier

 

Repost 0
Published by apepaw - dans Activités
commenter cet article
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 16:14

Wissous le 14 novembre 2014

 

ARTICLE DE L’APEPAW POUR LA GAZETTE DE WISSOUS DE DECEMBRE 2014

 

L’EXISTENCE DE L’APEPAW EN DANGER

 

Depuis sa création, à mon initiative, début 2000, l’APEPAW anime la vie associative de la commune et a défendu avec force le patrimoine et l’environnement de Wissous. Ses actions et productions  ont été nombreuses et diverses : édition de monographies, de  DVD sur la commune, défense de la plaine et du château de Montjean,  de la plaine sud de Wissous, du domaine Les Etangs et de son pavillon du 17° siècle,   actions pour le  déplacement de Paprec et  de Cobater, pour l’ouverture d’une gare à Wissous, pour des futures lignes ferroviaires enterrées, pour la restauration du patrimoine immobilier ancien et le maintien de l’agriculture sur la commune, contre le projet de station d’épuration, contre le nouveau Plan d’Exposition aux Bruits de l’aéroport qui réduit les possibilités d’aide à l’insonorisation à Wissous,  interventions sur le PLU, sur les plans de circulation  et sur bien d’autres sujets que l’on peut  retrouver sur le site de l’association apepaw.over-blog.com..

 Je me félicite que la nouvelle municipalité se soit engagée dans une politique de démocratie participative par la création,  entre autre, d’une Commission Extramunicipale du Patrimoine et de l’Environnement de Wissous dont j’ai accepté la présidence. Depuis son origine l’APEPAW a tenté sans succès  jusqu’alors, de promouvoir un dialogue et une concertation avec les municipalités successives  afin que la parole soit donnée à la société civile. Ce but semble atteint actuellement. Espérons que cet état d’esprit perdure et qu’il porte ses fruits.

Cette commission de quelques membres  indépendants est un organe de réflexion et de propositions pour aider la municipalité dans ses décisions mais qui peut disparaitre du jour au lendemain. Elle traite souvent les mêmes sujets que l’APEPAW mais celle-ci est pérenne et  a une action plus étendue.  Elle dispose également d’une autonomie plus grande, et   produit des œuvres et organise des manifestations pour la commune.

L’existence de l’’APEPAW, dont j’assume la présidence pratiquement depuis sa création, est en danger. Pour des raisons personnelles,  je désire me retirer et je cherche depuis plusieurs années,  mais sans succès,  une personne compétente, motivée et disponible pour me remplacer. Je me suis engagé à rester au bureau de l’association afin d’assurer pendant un certain temps la transition. N’ayant pas trouvé cette personne au sein de l’association, je fais donc un appel à la population de la commune pour qu’un wissoussien ou une wissoussienne adhère à l’APEPAW afin de pouvoir présenter sa candidature à la présidence lors de la prochaine assemblée générale qui se tiendra fin janvier 2015.

Sans candidature, l’APEPAW sera mise en sommeil et éventuellement dissoute  lors d’une assemblée générale extraordinaire, après que soit réglé le devenir  de ses archives et de son important patrimoine.

                                                                                                                     Jean-Claude CIRET

                                                                                                                     Président de l’APEPAW

Repost 0
Published by apepaw - dans Activités
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 10:00

Association

POUR L’ENVIRONNEMENT

ET LE PATRIMOINE DE WISSOUS                                     Wissous le 29 décembre 2012

 

 

 

RAPPORT MORAL ET D’ACTIVITE DU PRESIDENT DE L’APEPAW

POUR L’ANNEE 2012

 

 

En cette fin d’année, nous constatons un léger tassement du nombre des adhérents de l’APEPAW. La plupart des personnes qui nous ont quittés sont proches de la municipalité. Elles ne supportaient plus sans doute l’opposition de notre association au grave préjudice dont est victime le patrimoine  environnemental et architectural de la commune en particulier le domaine Les Etangs/Espace A. Clark. Entre le respect de son engagement associatif et la politique partisane il faut choisir.

 

Depuis plusieurs années, je signale à chaque assemblée générale mon intention de passer le témoin, mais malheureusement personne ne se propose de me remplacer. Mon souci est de quitter mes fonctions après avoir réglé certains problèmes en particulier celui de la sauvegarde des publications et des archives de l’APEPAW.

Comme il n’a pas été possible d’y intéresser la municipalité actuelle, je poursuivrai ma tache en fonction de mes possibilités physiques jusqu’aux prochaines élections municipales en espérant que la nouvelle équipe répondra favorablement à notre proposition de céder gratuitement à la commune tout le patrimoine de notre association au cas où celle-ci viendrait à disparaitre.

 

Les années précédentes les contacts avec la municipalité étaient rares, mais cette année l’APEPAW n’a eu pratiquement aucun dialogue avec celle-ci. Il faut dire que le recours de notre association auprès du Tribunal Administratif de Versailles contre les atteintes à l’intégrité du domaine Les Etangs n’a pas contribué à améliorer des relations déjà mauvaises.

 

Au cours de cette année 2012, les statuts de l’APEPAW ont été modifiés lors d’une assemblée générale extraordinaire.et déposés à la Sous Préfecture de Palaiseau.

 

Pour la troisième année consécutive l’APEPAW n’a pas demandé de subventions. Elle n’en a jamais demandé pour son fonctionnement et elle ne peut envisager des projets de quelque importance compte tenu en particulier de l’attitude de la municipalité qui rejette tout ce que notre association propose.

 

1-L’ENVIRONNEMENT

 

1/  Défense de l’intégrité du domaine Les Etangs/Espace A. Clark

 

Recours auprès du Tribunal Administratif pour la sauvegarde du domaine Les Etangs.

 

L’APEPAW, après des courriers, des messages et un recours gracieux auprès de la municipalité restés sans réponse, a déposé un recours le 7 septembre 2011 auprès du Tribunal Administratif de Versailles pour la sauvegarde du domaine Les Etangs mis à mal par son bétonnage avec un skate parc de 3000 m2. Ce domaine a été acheté par la commune au moyen de subventions de l’Agence des Espaces Verts à la condition qu’il reste en espace naturel.

 La municipalité par un mémoire en défense de son avocat a répondu le 15 mars 2012.

L’APEPAW a répliqué à ce mémoire en défense le 11 avril 2012.  Cette réplique a donné lieu à un 2° mémoire en défense de l’avocat de la commune reçu le 14 août 2012.

L’APEPAW a répondu à ce deuxième mémoire en défense le 26 septembre 2012

Le Tribunal Administratif après avoir fixé la clôture de l’instruction au 8 octobre 2012 l’a reportée au 29 octobre sans doute à la demande de la partie adverse.

A ce jour, nous attendons la décision du Tribunal Administratif qui décidera du sort du domaine Les Etangs. Si l’APEPAW était déboutée, rien ne pourrait ensuite empêcher le démantèlement de celui-ci.  En effet, la municipalité prévoit d’y construire un bâtiment  impactant 3000 m2.

 

             

2 – Aménagement du chemin de la Vallée

 

L’APEPAW, qui milite depuis toujours pour l’aménagement de véritables pistes cyclables sur la commune et pour la mise en place d’un ovoïde sous la voie ferrée pour les circulations douces,  a trouvé scandaleux que 750 000 euros de subventions publiques du Conseil Général et de la CAHB  soit attribués pour la réalisation chemin de la Vallée d’une demi piste cyclable inutile. Malgré de nombreuses interventions de l’APEPAW aucune explication n’a été donnée par les collectivités en question. L’omerta règne.

 

3 – Aménagement de la Ligne du RER C Massy/Valenton

 

L’APEPAW a participé activement au début de la concertation organisée par Réseau Ferré de France sur les aménagements de la ligne du RER C Massy/Valenton. Elle a fait des  propositions mais elle s’est vite rendu compte que RFF voulait faire passer son projet et rejetait tous les autres. Il a seulement accepté quelques modifications de détail en particulier concernant les protections phoniques qui sont devenues les seuls sujets des réunions. L’APEPAW n’a pas voulu cautionner cette pseudo concertation qui va conduire à une augmentation importante du trafic sur la ligne C du RER et à  un accroissement des nuisances pour les riverains de la voie de chemin de fer en particulier pour ceux de Wissous.

 

4 – Schéma Directeur de la Région Ille de France.(SDRIF)

 

Le SDRIF de 2008, voté par le Conseil Régional, ayant été déclaré incompatible avec le Grand Paris par le Conseil d’Etat, il a été réétudié en 2012. L’APEPAW a suivi de près l’évolution du dossier et a eu l’occasion de faire ses remarques lors d’un entretien avec le Vice-président du Conseil Régional en charge du SDRIF en particulier en ce qui concerne la commune, ses environs et les plaines de Montjean et du sud de Wissous.

 

Un projet a vu le jour en juin 2012 qui, après concertation, a débouché en octobre  2012 sur une version présentée au Conseil Régional. Au cours de cette présentation de nombreux amendements ont été déposés. L’action et les positions de l’APEPAW concernant le SDRIF sont exposées sur le site de l’association.

Le projet définitif du SDRIF fera l’objet d’une enquête publique en 2013.

 

5 – La plaine de Montjean

 

L’avenir de la plaine de Montjean est conditionné en grande partie par le nouveau SDRIF. L’APEPAW a contribué à faire évoluer celui-ci dans le sens de la préservation des pépinières de la ville de Paris, des terres agricoles et des espaces naturels et d’une urbanisation limitée dans la continuité de l’existant. Selon nos informations ces orientations seraient respectées par le SDRIF.

L’APEPAW a un représentant au sein du Comité Consultatif du Syndicat Intercommunal de la Plaine de Montjean. Elle a participé d’une façon assidue et constructive aux réunions du Comité. Le 19 décembre le Collectif associatif de Montjean où Rungis est hégémonique, a présenté au Comité une étude sur la plaine de Montjean. L’APEPAW a commenté cette étude qui à notre avis n’est pas favorable à Wissous. Il est dommage qu’aucun dialogue n’ait été possible entre l’APEPAW et ce Collectif, car cela aurait certainement permis d’élaborer une étude plus consensuelle.

 

6 – Le métro du Grand Paris

 

L’APEPAW a milité activement pour que la portion de la ligne verte du futur métro du Grand Paris entre Massy et Orly soit enterré. Cette solution semblait avoir été entérinée, mais le rapport Auzannet paru en fin d’année la remet en question. Il préconise maintenant une ligne aérienne qui viendrait se raccorder à l’actuelle voie d’Orlyval au niveau de Wissous. L’APEPAW s’opposera à ce projet qui entrainera des nuisances supplémentaires pour la commune sans aucun avantage puisqu’il n’est pas prévu d’arrêt du métro à Wissous.

 

7 – Divers

 

Le président de l’APEPAW, membre du Conseil d’Administration d’Essonne Nature Environnement, représente celui-ci à la Commission Consultative de l’Environnement de l’aéroport d’Orly (CCE Orly) et à l’Autorité de Contrôle des Nuisances Aéroportuaire (ACNUSA)

Il vient d’être renouvelé dans cette fonction par le préfet de Région.

 

L’APEPAW participe aux réunions organisées par la CAHB dans le cadre de l’Agenda 21.

 

Le président de l’APEPAW membre du Collectif de l’OIN de la plaine de Saclay (COLOS) participe aux travaux de celui-ci. Wissous est dans le périmètre de cet OIN.

 

 

II- LE PATRIMOINE

 

Les problèmes environnementaux ont beaucoup accaparé l’APEPAW en 2012. Les projets culturels proposés par l’association nécessitant l’accord de la municipalité ont été refusés. Citons en particulier les manifestations sur l’aéronautique en la mémoire du pionnier Dupuis-Delcourt, l’exposition sur l’Amiral Mouchez et Guillaume Bigourdan, la donation à la commune des archives et du patrimoine de l’association.

La municipalité n’a également pas répondu à notre proposition de récupérer aux frais de l’association les morceaux d’anciennes pierres tombales pavant les abords du lavoir pour les placer sur les murs de l’église

L’APEPAW a proposé sans succès à la municipalité d’appeler « Quai des Déportés » le parking réalisé sur le quai au bord duquel étaient garés les wagons qui emportaient les déportés vers les camps de la mort. Notre association s’était engagée à prendre à sa charge une plaque commémorative.

 

1/ Action contre la destruction du pavillon du gardien du domaine Les Etangs

 

Après s’être engagée à restaurer à l’identique l’extérieur de ce pavillon remarquable des 17°/18° siècle, la municipalité a décidé de le détruire pour faire un agrandissement moderne de la bibliothèque, au lieu d’aménager l’intérieur comme promis. L’entrée monumentale, la cour  pavée, et l’animalerie sont aussi condamnés. Il est même question de couvrir l’extension nouvelle par une terrasse (sic).

Naturellement, les interventions de l’APEPAW auprès de la municipalité pour s’opposer à cette atteinte non justifiée  au patrimoine historique de la commune sont restées sans réponses.  Une décision aussi importante pour l’image de Wissous aurait mérité d’un minimum de concertation.

L’APEPAW a alerté  la Direction Régionale de l’Architecture et de la Culture, la Ministre de la Culture, l’Architecte des Monuments Historiques, le Préfet, le Conseil Général et la CAHB qui subventionne cette opération désastreuse pour le patrimoine.

Notre association continuera son action en espérant une mobilisation de la population.

 

2/ - Edition d’un dépliant sur l’APEPAW.

 

L’APEPAW a réalisé un dépliant type flyer qui présente les buts, les missions et les activités de l’association, et sur lequel figure un bulletin d’adhésion.

 

3/ – Projection des films DVD « Il était une fois Wissous »

 

L’APEPAW a présenté à la population au centre St Exupéry 2 documentaires réalisés par l’association sur Wissous et la plaine de Montjean, ainsi qu’un troisième sur le petit train l’Arpajonnais qui passait à Wissous jusqu’en 1936. Plus d’une centaine de personnes a assisté à cette séance gratuite.

 

Le DVD sur l’Arpajonnais a été projeté ensuite aux enfants de l’Ecole Victor Baloche en collaboration avec les enseignants.

 

III – ACTIVITES DIVERSES

 

L’APEPAW a participé au forum des associations le dimanche 6 septembre au cours duquel le film documentaire DVD sur la plaine de Montjean était présenté en boucle.

 

L’APEPAW a distribué en 2012, 3 bulletins « APEPAW INFORMATIONS »  Nous n’avons pas pu encore en 2012 améliorer la présentation de ce bulletin.

 

Le membre du Conseil d’Administration en charge de notre site internet, a quitté Wissous et l’APEPAW en supprimant l’hébergement de www.wissous.infoalors que l’association avait payé  cet hébergement pour encore plusieurs années.

A la place l’APEPAW a ouvert un blog http://apepaw.over-blog.com/

 

Notre association a déposé une gerbe à la gare de Wissous à la mémoire des déportés lors de la journée qui leur est consacrée chaque année.

 

 

Le Président

 

Repost 0
Published by apepaw - dans Activités
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 01:13

 

Choisir un Lden de 65 c’est donner la possibilité aux collectivités et aménageurs d’urbaniser environ 1000 ha actuellement protégés autour de l’aéroport d’Orly et constitués en grande partie de terres agricoles et d’espaces naturels. 

Les conséquences sont donc :
- la densification autour de l’aéroport, l’implantation de populations sans doutes modestes dans les zones de bruit, la dégradation de l’environnement et des conditions de vie des populations déjà présentes.
- la disparition d’espaces naturels, et des terres agricoles ce qui condamne les cultures périurbaines et de proximité. 
- de créer une différence énorme entre les zones du PEB et du PGS à tel point que la première couvrira 3000 logements et la seconde 40000. C’est incohérent et il est à craindre que l’on s’orientera vers une possibilité d’aide à l’insonorisation que pour les 3000 logements. 
- des menaces sérieuses sur le patrimoine ancien dont la pérennité était en sorte protégée par l’impossibilité de densifier. Maintenant il sera intéressant financièrement de détruire l’existant pour construire du neuf en augmentant considérablement la population. Il est possible de réhabiliter l’ancien actuellement mais cela n’intéresse pas car il n’y a pas de plus value. 



Les associations qui prêtent la main à cette opération orchestrée par les maires aménageurs * se discréditent et renient leurs raisons d’être. Elles bafouent leurs objectifs et leurs déclarations :

- arrêt de la densification
- protection de la population contre le bruit. Comment une association peut prétendre protéger la population contre le bruit en favorisant son implantation dans les zones de bruit ?
- protection des espaces naturels et agricoles




Le choix d’un Lden 65 est en opposition frontale avec les objectifs et la raison d’être de l’APEPAW (conservation des espaces agricoles et du patrimoine ancien) figurant dans ses statuts, c’est pourquoi l’association ne pourra en aucun cas se prononcer sur cette valeur. 

Jean-Claude CIRET
Président de l’APEPAW

*
L’argument des maires est d’affirmer que les zones de bruits les empêchent de réhabiliter l’immobilier ancien. Ceci est un faux prétexte car toutes sortes de mesures et d’aides sont à la disposition des communes pour valoriser l’habitat, les commerces, le cadre de vie, pour améliorer la situation des logements pour les jeunes ménages, des personnes âgées et à faible revenus en y intégrant ceux du Plan Local d’Urbanisme. 
Il est possible dans certains cas de lancer une étude de mise en place d’une Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysagé (ZPPAUP).
Des aides peuvent venir également de :
- l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH)
- La Prime à l’Amélioration de l’Habitat (PAH)
- Rachats de baux par les opérateurs (HLM, promoteurs, associations ...)
- Mise en place par arrêté d’un Programme d’Intérêt Général (PIG)
- Convention ville/propriétaires donnant la possibilité d’aides communales
- Convention Commune/Etat/ANAH pour la mise en place d’une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (OPAH)

Pour cela naturellement, il faut avoir le souci de sauvegarder le patrimoine, et pas celui uniquement de la facilité qui est de détruire pour faire du neuf et densifier l’urbanisation des zones de bruit

Divers : POURQUOI L'APEPAW EST CONTRE UN Lden de 65
Posté par JC_Ciret le 16/11/2010 17:21:39 (132 lecturesArticles du même auteur

POURQUOI L’APEPAW EST CONTRE UN Lden DE 65 POUR LE PEB d’ORLY

Repost 0
Published by apepaw - dans Activités
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 00:00

Image-Plaine-de-Montjean_image_mediatheque.jpgLa plaine de Montjean ci-contre, poumon vert à 12 kms de Paris, s’étend sur 250 hectares à cheval sur les communes de Wissous, Rungis et Fresnes. Cet espace naturel ouvert comprend un domaine d’une vingtaine d’hectares, classé espace naturel sensible (ENS), des bois, des terres agricoles et les pépinières de la ville de Paris.
Voilà 20 ans les 3 communes étaient maîtresses du destin de cet espace protégé par le Schéma Directeur de la Région Ile de France (SDRIF). Maintenant ce n’est plus le cas. Le nouveau SDRIF qui sera bientôt en vigueur, s’il prévoit un parc régional sur la plaine de Montjean autorise aussi une urbanisation importante sur son pourtour. De plus la création de l’Opération d’Intérêt National Orly-Rungis-Seine-Amont (OIN ORSA) dirigée par l’Etablissement Public d’Aménagement Orly-Rungis-Seine-Amont (EPA ORSA) a changé la donne. L’EPA ORSA a pour ambition d’aménager les 250 ha de la plaine de Montjean bien que seulement 40 ha soient de sa compétence.


En effet Fresnes et Wissous ne sont pas dans le périmètre de l’OIN ORSA, malgré tout l’EPA ORSA a demandé à des bureaux d’étude des projets d’aménagement de l’ensemble de la plaine. L’un d’entre eux prévoit l’urbanisation de pratiquement toute la partie wissoussienne de la plaine de Montjean au nord de la ligne de chemin de fer, en empiétant même sur le domaine de Montjean pourtant classé Espace Naturel Sensible (ENS) donc juridiquement protégé. 
Pour passer aux actes, l’EPA ORSA a besoin d’un interlocuteur institutionnel pour les espaces de Fresnes et Wissous. Légalement ce pouvait être les communautés d’agglomération de Wissous et de Fresnes mais qui de ce fait étaient dépossédés de leur autorité. Les trois communes ont donc opté pour la création d’un syndicat intercommunal afin d’établir une collaboration avec l’EPA ORSA. Une ancienne vice-présidente des Verts du Conseil Régionale de l’Ile de France pilotera ce syndicat. Quand on connaît les intentions de certains maires de ce syndicat et celles de l’EPA ORSA on peut s’interroger sur ce choix. Nous pensons en particulier à la commune de Fresnes qui veut à tout prix faire partir les pépinières de la ville de Paris pour urbaniser.
Les conseils municipaux des 3 communes viennent d’approuver la création de ce syndicat.

Le Pôle d’Orly, une structure de concertation et de proposition d’aménagement et d’urbanisation des communes entourant l’aéroport d’Orly, s’intéresse aussi beaucoup à la plaine de Montjean. Il agit en groupe de pression et propose les projets d’aménagements. Ceux-ci sont exposés dans leurs plaquettes. Dans la dernière de juin 2010 figurent deux plans. .
Dans le premier (page 12) toutes les parties de la plaine situées sur Rungis et Fresnes sont urbanisables et pratiquement l’ensemble des espaces naturels du sud, du sud ouest et du nord est, sont transformés en zones industrielles. Le résultat est la disparition de toute activité agricole périurbaine de proximité sur Wissous et la suppression de la spécificité rurale de la commune, de son cadre environnemental et de sa qualité de vie. 
Le plan suivant (page 16) va plus loin. Le secteur 3, représentant l’ensemble de la plaine de Montjean (ENS du domaine de Montjean compris), est considéré comme un futur pôle urbain. 

Nous aimerions connaître l’avis de la municipalité de Wissous sur ces études et projets. Lors de la dernière campagne électorale elle écrivait : « Notre commune a le privilège de posséder sur son territoire, dans le secteur de Monjean un Espace Naturel Protégé, véritable poumon vert. Nous nous engageons à tout mettre en oeuvre afin que ce secteur soit conservé et transformé en un vaste parc inter-départemental.

Ses orientations environnementales et d’urbanisation se concrétiseront dans le prochain Plan Local d’Urbanisme (PLU) qu’elle s’est engagée à réviser complètement avant la fin de son mandat. Le besoin de logements est un argument pour justifier l’urbanisation de notre commune et la disparition de son environnement naturel. La contribution de Wissous dans ce domaine est très importante puisque son parc de logements sera augmenté de près de 50% dans quelques années compte tenu des opérations immobilières déjà programmées. 
Le SDRIF autorise l’urbanisation d’une centaine d’ha de la plaine de Montjean, mais ne l’impose pas. Les 3 communes, en particulier celle de Wissous, peuvent préserver leurs espaces naturels. 
Il est temps qu’une véritable information/concertation avec la population s’instaure

Jean-Claude CIRET
Président de l’APEPAW
mes : apepaw@laposte.net
site : www.wissous.info

Evenements : LA PLAINE DE MONTJEAN EN GRAND DANGER
Posté par JC_Ciret le 2/10/2010 9:55:35 (291 lecturesArticles du même auteur

LA PLAINE DE MONTJEAN (250 ha d’espaces naturels) 
MENACEE PAR UNE URBANISATION DESTRUCTRICE
LE DESSOUS DES CARTES

Repost 0
Published by apepaw - dans Activités
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 23:42


La zone de Montjean s’étend sur 250 hectares à cheval sur les communes de Wissous, Rungis et Fresnes. Cet espace naturel comprend un domaine d’une vingtaine d’hectares, classé espace naturel sensible (ENS), des bois, des terres agricoles et les pépinières de la ville de Paris.
Jusqu’à ce jour cet espace est protégé de l’urbanisation par le SDRIF actuellement en vigueur. Malgré nos interventions le nouveau, voté par le Conseil Régional, permet s’il devient applicable une urbanisation conditionnée sur une grande partie de ses terrains qui constituent le seul poumon vert du secteur pour la population environnante très dense.


Le nouveau SDRIF prévoit un parc régional, mais aux limites très floues, qui risque si on laisse faire les aménageurs de se réduire au seul domaine de Montjean.
Ces espaces naturels sont convoités en particulier par la commune de Fresnes et par l’Etablissement Public d’Aménagement Orly/Seine-Amont (EPA ORSA) qui gère l’Opération d’Intérêt National Orly/Seine-Amont (OIN ORSA). Les études de l’EPA ORSA portent les 250 hectares alors que seulement 40 hectares sont situés dans son périmètre. Elles intègrent donc les terres situées sur Fresnes et tout particulièrement sur Wissous.
La commune de Fresnes depuis longtemps fait pression sur la ville de Paris pour que celle-ci délocalise ses pépinières afin de récupérer les terres pour les urbaniser. Elle a réussi, grâce à ses relations, à faire modifier la première version du nouveau SDRIF afin de rendre urbanisable les terres de l’espace de Montjean situées sur son territoire et qui ne l’étaient pas. 
La Ville de Paris n’était pas demandeuse de cette délocalisation, car ses pépinières sont excellemment installées, sur de bonnes terres près de Paris à la plus grande satisfaction de ses exploitants. D’après les déclarations des maires de Fresnes et de Wissous la Mairie de Paris aurait donné son accord pour transférer ses pépinières. Pourquoi ? on se le demande. Pour satisfaire la commune de Fresnes, pour une plus value financière ?
Par contre il n’est pas indiqué où les pépinières seraient transférées, car on ne peut croire qu’elles seraient supprimées, mais après tout quand on analyse le coût d’une délocalisation on est en droit de s’interroger, car il y a quelques années la Mairie de Paris avait envisagé de passer au privé l’activité des pépinières. Des études avaient été faites dans ce sens.
Le maire de Rungis est tout disposé à accueillir les pépinières sur son territoire proche occupé actuellement par des terres agricoles et situées dans l’espace de Montjean mais d’une qualité médiocre incompatible avec les activités des pépinières. Il serait nécessaire de récupérer les terres actuelles de celles-ci pour les transférer quelques centaines de mètres plus loin, ce qui financièrement ne se justifie aucunement. 
.On peut aussi s’interroger sur la logique de l’opération quand on sait que l’OIN ORSA veut construire 20 000 logements sur son périmètre et que la plaine de Montjean est sa principale réserve foncière. On peut en déduire que celle-ci devrait donc accueillir de l’ordre de 10 000 logements. Permettre à Fresnes, qui n’est pas dans l’OIN, d’urbaniser une vingtaine d’hectares et transférer les pépinières sur Rungis, qui en fait partie de l’OIN, ne semble pas cohérent.
Cela signifie au mieux que le reste de la plaine de Montjean sera entièrement urbanisée. L’OIN parle « d’éco-quartiers à haute qualité environnementale respectueux du développement durable ». Ce jargon est destiné à endormir les citoyens. Le résultat sera la destruction de centaines d’hectares d’espaces naturels et de l’environnement des populations locales. L’isolation des bâtiments et l’aménagement de quelques aires ne changent rien à l’impact environnementale de l’opération d’urbanisme. 
Cette opération a donc pour but d’implanter sur la plaine de Montjean environ 30 000 habitants nouveaux. Pour irriguer les « éco-quartiers » il faudra un boulevard urbain 2 fois 2 voies qui les traverserait et relierait Fresnes et la Silic. Il est aussi envisagé une rocade 2 fois 2 voies de contournement au sud de la Plaine de Montjean en limite de Wissous et éventuellement en partie sur notre commune et aboutissant aux mêmes endroits.
A moins d’entreprendre des gigantesques travaux d’infrastructures routières (échangeurs, tunnels sous les voies ferrées, pénétrante dans la SILIC …) cette rocade et ce boulevard urbain arriveront dans des goulots d’étranglement rendant impossible l’écoulement de la circulation en provenance de l’ex plaine de Montjean. 
Actuellement depuis la réalisation du TVM, il ne reste qu’une voie de circulation à travers Fresnes pour atteindre la A 186. Il y a donc tout à parier que le trafic dont celui des 1000 logements de Fresnes de l’ex plaine de Montjean cherchera à s’écouler par Rungis. 
Les aménageurs arguent qu’il faut des logements près des emplois. C’est bien mais jusqu’à maintenant cela n’a été qu’un slogan et pas une véritable préoccupation. La première chose à faire serait de réaliser une enquête auprès des personnes travaillant dans le secteur (la SILIC en particulier) pour connaître leurs intentions et leurs possibilités d’accéder à ces logements compte tenu des caractéristiques de ceux-ci et de leur prix.
Les associations de Rungis qui militent pour créer sur quelques hectares des jardins familiaux et une AMAP (Association Pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) ne sont même pas certaines d’être entendues car le maire de Rungis a envisagé de les réaliser sur le territoire de Wissous (sic).
Bien que n’étant pas dans l’OIN ORSA, notre commune est l’objet de sollicitations pour entrer dans le projet d’aménagement. 
Le maire de Fresnes a annoncé la création future d’un Etablissement Public d’Aménagement avec Rungis et Wissous afin d’entamer des négociations avec l’EPA ORSA. Il semble qu’il y ait un problème car Wissous et Fresnes ont délégué à leurs Communautés d’Agglomération leurs compétences en matière de développement. Il faudrait donc que ce soit ces communautés qui figurent dans l’EPA. Dans ce cas Wissous n’y serait pas représenté car le vice-président de la CAHB en charge du développement n’est pas de la commune.
L’EPA ORSA envisage de son côté une autre gouvernance comprenant l’OIN, la Région, l’Etat, et les 3 communes (ou Rungis et les 2 Communautés)
Dans ces conditions, il est à peu près certain que Wissous sera phagocyté et pèsera peu. Dans les documents de l’OIN il est écrit que celui-ci peut se passer de Wissous, sans doute en utilisant la procédure de l’intérêt général. Le maire de Rungis lors de la réunion publique ‘d’information’ sur la plaine de Montjean qu’il a organisée le 18 février dernier a dit d’un côté que les communes ne pouvaient pas s’opposer à la volonté de l’Etat mais de l’autre que rien ne serait décidé sans l’accord des communes qui ne figurent pas dans le périmètre de l’OIN.
Pour l’EPA ORSA l’agriculture doit disparaître de son espace. Les exploitants actuels du secteur sont en général âgés et préfèrent vendre leurs terres à un prix avantageux plutôt que d’essayer de pérenniser leur activité. Pourtant il y a des jeunes qui sont tout disposés à maintenir une agriculture périurbaine de proximité si on leur en donne les moyens. Les cultures doivent évoluer afin de subvenir aux besoins locaux, ce qui participe à la réduction des déplacements consommateurs d’énergie et producteurs de gaz à effet de serre. Mais pour cela il faut une volonté politique qui fait défaut aux décideurs institutionnels actuels.
La Chambre d’agriculture, dirigée par les céréaliers, est opposée à cette reconversion vers le maraîchage et les AMAP. Elle préfère voire disparaître les terres agricoles. Pourtant en France l’urbanisation de celles-ci est deux fois plus rapide que dans d’autres pays européens comme l’Allemagne.
L’OIN est prête aussi à sacrifier des espaces boisés alors qu’il y a une carence dans ce domaine. La proximité de l’aéroport d’Orly et des 13 voies d’autoroutes voudrait au contraire que nous conservions les rares qui existent et que même nous reboisions de façon à créer des pièges à CO2 afin d’améliorer la qualité de l’atmosphère et de réduire les pollutions.
L’ambition de l’OIN est, d’urbaniser la plaine de Montjean et au-delà en faisant disparaître les terres agricoles, les espaces naturels, éventuellement les pépinières de la Ville de Paris, de détruire notre cadre de vie et nos paysages, de créer des rocades et des boulevards urbains afin d’irriguer les quelques 10 000 logements prévus. On est en droit de se demander si l’OIN ne cherche pas à construire une partie de ceux-ci sur le territoire de Wissous. 
Tous ces projets s’étudient sans aucune information et consultation des populations et des associations environnementales.
.
Notre association a interrogé aussi par écrit le Président du Conseil Général du Val de Marne qui est le président de l’EPA ORSA, le maire de Paris au sujet de l’avenir des pépinières de sa commune, l’agence des Espaces verts de la Région Ile de France, mais n’a eu aucune réponse.
Pour sauvegarder notre environnement, la qualité et les conditions de vie à Wissous, en l’absence de toute prise de position de notre municipalité, il faudra nous mobiliser et demander des engagements à celle-ci et aux décideurs politiques. 

L’APEPAW a envoyé le questionnaire ci-dessous aux principales listes se présentant aux prochaines élections régionales. Nous donnons les réponses reçues.

QUESTIONS POSEES PAR L’APEPAW AUX CANDIDATS DE L’ESSONNE
AUX ELECTIONS REGIONALES DE 2010

1/ Pour l’interconnexion sud LGV en site propre RFF propose trois solutions 
- 2 solutions avec des lignes presque entièrement enterrées et une gare TGV souterraine au coeur d’Orly ou sous l’aéroport. 
- 1 solution consistant en un simple doublement de la ligne C du RER avec une gare au Pont d’Orly où à la Fraternelle.
Quelle solution défendrez vous au Conseil d’Ile de France ?
2/ Afin de permettre uniquement à la commune de Fresnes d’urbaniser les terrains d’excellente qualité des pépinières de la Ville de Paris, celle-ci aurait acceptée de les délocaliser, alors que ces pépinières sont très bien situées et bien équipées.
Quelle attitude prendrez vous concernant ce projet de délocalisation ?
3/ EPA ORSA gouvernance de l’OIN ORSA prépare l’urbanisation de la plaine de Montjean (250 ha) qui s’étend sur les trois communes de Wissous, Rungis et Fresnes. 
Soutiendrez vous ces projets où défendrez vous la conservation de cet espace naturel et de respiration, pour en faire un grand parc régional ?
4/ Considérez vous qu’il faille conserver une agriculture périurbaine de proximité (maraîchage, AMAP par exemple) dans l’espace constitué par les communes de Wissous, Rungis Morangis, Chilly Mazarin ?
5/ Etes vous d’accord avec la Commission Consultative Environnementale de l’aéroport d’Orly qui a émis, à la majorité, un avis favorable à la réduction au maximum des zones de bruits du futur PEB afin de permettre aux maires de construire des logements dans des espaces soumis à des nuisances aériennes importantes ? 

REPONSES DES LISTES
1/ 
- Europe Ecologie défendra au sein du Conseil Régional une solution avec une ligne TGV en grande partie enterrée.
2/
- Europe Ecologie est contre la délocalisation des pépinières
- 3/
- Europe Ecologie est pour le maintien de la plaine de Montjean en espace naturel
- 4/
- Europe Ecologie est pour le maintien d’une agriculture périurbaine ou de maraîchage à Wissous et sur la plaine de Montjean. 
- 5/
- Europe Ecologie considère que la position de la Commission Consultative de l’Environnement (CCE) de l’aéroport d’Orly sur les limites de la zone B du PEB comme très dangereuse pour l’environnement et les conditions de vie de la population actuelle et future et prendra position contre ce premier avis lors du vote définitif de la CCE d’Orly. 

21603459.jpg

Bulletin de l’APEPAW : APEPAW INFORMATION MARS 2010

Posté par JC_Ciret le 9/3/2010 22:47:56 (344 lecturesArticles du même auteur

APEPAW INFORMATIONS
Bulletin d’informations de l’Association Pour l’Environnement et le Patrimoine de Wissous
5 rue du Bas des Glaises 91320 Wissous tel : 0164470488 
messagerie: apepaw@laposte.net site internet : www.wissous.info/
N° 27 Mars 2010
Toutes ces informations en plus détaillées et beaucoup d’autres sont à votre disposition sur le site Internetwww.wissous.info/ de l’APEPAW 

L’ESPACE NATUREL DE MONTJEAN MENACE PAR L’URBANISATION

Repost 0
Published by apepaw - dans Activités
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 23:37
Posté par JC_Ciret le 27/11/2009 18:05:04 (237 lecturesArticles du même auteur

NOUS AVONS GAGNE

Wissous a gagné son combat contre le projet de bretelle autoroutière de la Communauté d’Agglomération des Hauts de Bièvre. Ce combat initié par l’APEPAW et poursuivi par les Conseils de quartier et la municipalité a débouché sur la décision de la CAHB, obtenue par le maire lundi dernier 23 novembre, de retirer de son Plan Local de Déplacement son projet de bretelle autoroutière sur notre commune.

Ceci montre bien que Wissous sait s’unir quand l’essentiel est en jeu, et qu’alors il est possible d’influer sur le destin de notre commune. Il n’est pas dit que nous ne soyons pas amenés à recommencer car d’autres menaces se profilent à l’horizon. 

Repost 0
Published by apepaw - dans Activités
commenter cet article

A.P.E.P.A.W.

Association pour l'environnement et le patrimoine de Wissous

totemNotre mission est de:

  • de sauvegarder, de protéger, d’améliorer l’environnement, le cadre de vie et les paysages de la commune.

  • de pérenniser l’aspect rural et l’activité agricole périurbaine et de proximité de Wissous

  • de préserver ses espaces naturels, ses parcs, ses domaines de toute urbanisation et agression intempestives.

  • de suivre tous les projets d’aménagements communaux, régionaux ou nationaux ayant des conséquences sur l’environnement, le cadre et les conditions de vie des habitants de la commune.

  • de préserver et de mettre en valeur le patrimoine immobilier et historique de Wissous

  • de faire des recherches sur le passé de la commune et de les publier (monographies, articles ...)

  • de sauvegarder et de réhabiliter son vieux village et de le redynamiser l’activité commerciale de celui-ci.

  • de promouvoir et de faire connaître le caractère exceptionnel de notre commune.

  • de participer à toute animation et manifestation participant à cet objectif.

 APEPAW

Accueil