Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 19:18

Chateau-de-Montjean.jpg

VOUS RAPPELEZ-VOUS DU DOMAINE DU CHATEAU DE MONTJEAN ?

 

 

Le château, tel que nous le connaissons sous sa forme actuelle, a été construit sous l’Empire, au début du XIX ème siècle. Montjean comportait alors deux propriétés : le château actuel qui appartenait au marquis de Clermont-Gallerande et un autre bâtiment démoli en 1900, propriété du général François de Chasseloup-Laubat.

 Le duc Adolphe-Henri- Emery d’Aumont (1785-1849), premier gentilhomme de la chambre  de feu le roi Louis XVIII, y résida également à partir de 1824.

 

Le 7 novembre 1824, l’aéronaute Jules-François DUPUIS-DELCOURT (1802-1864), à l’âge de 22ans, réussissait à partir du domaine de Montjean, la première ascension d’une « flottille aérostatique » expérimentale ; celle-ci était composée de 5 ballons, le plus gros au centre supportant la nacelle et 4 autres plus petits disposés autour. Cet assemblage expérimental était destiné à obtenir un certain degré de pilotage; atteignant une altitude de 2600 m , la flottille dont les ballons s’étaient dégonflés se posa ensuite à Choisy-le-Roi.    

DUPUIS-DELCOURT fonda en 1852 la « Société Aérostatique et Météorologique de France ». Il fut le premier à lancer l’idée en 1857 d’un musée de l’aérostatique ancêtre de l’aéronautique ; elle ne se concrétisa qu’en 1918.

 

Après une succession de propriétaires aux XIX ème et XX ème siècles, le château servit d’hôpital militaire durant la Première Guerre Mondiale avant d’être occupé par les troupes allemandes pendant la Seconde Guerre Mondiale de 1942 à 1945.

 

En 1946, il fut utilisé par Air France pour la sélection et le recrutement des premières hôtesses de l’air ; le premier vol avec hôtesse à bord a été réalisé lors de la 1ère liaison aérienne Paris - New York en DC4 le 1er juillet de la même année (19H50 de vol).

Il servit d’internat, de centre de formation des hôtesses et des stewards ainsi que des apprentis Mécaniciens avions, avant le transfert de cette activité au Centre d’Instruction de Vilgénis (domaine de Massy).

 

Plus récemment le domaine aurait servi de décharge à gravats provenant de la construction de l’aéroport d’Orly, puis suite à l’élargissement de l’autoroute du Sud qui le longe.

L’une des propriétés a été démolie en 1900 et l’autre fut acquise par les membres de la famille DARBLAY.

 

Le domaine du château de MONTJEAN (parc de 17HA) a été acheté par la ville de WISSOUS avec l’aide du Conseil Général de l’Essonne en 2002 .

Le château est à l’époque en mauvais état mais le domaine est classé en Espace Naturel Sensible pour sa richesse de sa biodiversité.

En 2006 et 2007 le site est utilisé pour des animations médiévales, puis en 2009, après la reprise totale du lieu par la commune de WISSOUS, un important projet de valorisation a été lancé. Il n'y a plus d'usage d'insecticide, ce qui permet l’installation des ruches dont les abeilles, via la pollinisation, devraient assurer la reproduction d’une grande partie des espaces végétaux.

Installés dans les écuries restaurées du château, les attelages de Montjean, en partenariat avec la commune, vous proposent des promenades en calèches dans les différents parcs de la commune ou la ville de Wissous.

 

Le 10 mai 2010, le Conseil Général a approuvé une convention de gestion du domaine de Montjean avec la commune de WISSOUS. La convention répond à 3 objectifs :

-         l’amélioration de la biodiversité,

-         le maintien du caractère naturel paysager,

-         l’aménagement pour l’accueil et la sensibilisation du public.

L’équipe d’entretien du Conservatoire départemental des E.N.S.(Espace Naturel Sensible), intervient pour certains travaux d’abattage, d’élagage et de gestion écologique de milieux particuliers.

Une miellerie, dans laquelle un apiculteur sera installé, est en cours de réalisation dans une partie saine du château de Montjean.

 

Ce lieu de promenade, havre de paix, ouvert au public, vous fait totalement oublier sa proximité immédiate de villes à forte population et les différentes infrastructures dédiées aux activités économiques, industrielles et aéroportuaires si proches.     

 

 

Repost 0
Published by apepaw - dans Histoire
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 18:41

Terrains-nomades002.JPG

 

VOUS RAPPELEZ-VOUS DU DOMAINE DU CHATEAU DE MONTJEAN ?

 

Historiquement, la propriété a appartenu au XV ème ou au XVI ème siècle à un noble originaire de Montjean-sur-Loire ce qui lui donna son nom ; elle fut propriété du noble Jacques de Beauvais, puis fut habitée par un domestique de Louis XVI d’après l’historien Jean Leboeuf.

Le château, tel que nous le connaissons sous sa forme actuelle, a été construit sous l’Empire, au début du XIX ème siècle. Montjean comportait alors deux propriétés : le château actuel qui appartenait au marquis de Clermont-Gallerande et un autre bâtiment démoli en 1900, propriété du général François de Chasseloup-Laubat.

 Le duc Adolphe-Henri- Emery d’Aumont (1785-1849), premier gentilhomme de la chambre  de feu le roi Louis XVIII, y résida également à partir de 1824.

 

Le 7 novembre 1824, l’aéronaute Jules-François DUPUIS-DELCOURT (1802-1864), à l’âge de 22ans, réussissait à partir du domaine de Montjean, la première ascension d’une « flottille aérostatique » expérimentale ; celle-ci était composée de 5 ballons, le plus gros au centre supportant la nacelle et 4 autres plus petits disposés autour. Cet assemblage expérimental était destiné à obtenir un certain degré de pilotage; atteignant une altitude de 2600 m , la flottille dont les ballons s’étaient dégonflés se posa ensuite à Choisy-le-Roi.    

DUPUIS-DELCOURT fonda en 1852 la « Société Aérostatique et Météorologique de France ». Il fut le premier à lancer l’idée en 1857 d’un musée de l’aérostatique ancêtre de l’aéronautique ; elle ne se concrétisa qu’en 1918.

 

Après une succession de propriétaires aux XIX ème et XX ème siècles, le château servit d’hôpital militaire durant la Première Guerre Mondiale avant d’être occupé par les troupes allemandes pendant la Seconde Guerre Mondiale de 1942 à 1945.

 

En 1946, il fut utilisé par Air France pour la sélection et le recrutement des premières hôtesses de l’air ; le premier vol avec hôtesse à bord a été réalisé lors de la 1ère liaison aérienne Paris - New York en DC4 le 1er juillet de la même année (19H50 de vol).

Il servit d’internat, de centre de formation des hôtesses et des stewards ainsi que des apprentis Mécaniciens avions, avant le transfert de cette activité au Centre d’Instruction de Vilgénis (domaine de Massy).

 

Plus récemment le domaine aurait servi de décharge à gravats provenant de la construction de l’aéroport d’Orly, puis suite à l’élargissement de l’autoroute du Sud qui le longe.

L’une des propriétés a été démolie en 1900 et l’autre fut acquise par les membres de la famille DARBLAY.

 

Le domaine du château de MONTJEAN (parc de 17HA) a été acheté par la ville de WISSOUS avec l’aide du Conseil Général de l’Essonne en 2002 .

Le château est à l’époque en mauvais état mais le domaine est classé en Espace Naturel Sensible pour sa richesse de sa biodiversité.

En 2006 et 2007 le site est utilisé pour des animations médiévales, puis en 2009, après la reprise totale du lieu par la commune de WISSOUS, un important projet de valorisation a été lancé. Il n'y a plus d'usage d'insecticide, ce qui permet l’installation des ruches dont les abeilles, via la pollinisation, devraient assurer la reproduction d’une grande partie des espaces végétaux.

Installés dans les écuries restaurées du château, les attelages de Montjean, en partenariat avec la commune, vous proposent des promenades en calèches dans les différents parcs de la commune ou la ville de Wissous.

 

Le 10 mai 2010, le Conseil Général a approuvé une convention de gestion du domaine de Montjean avec la commune de WISSOUS. La convention répond à 3 objectifs :

-         l’amélioration de la biodiversité,

-         le maintien du caractère naturel paysager,

-         l’aménagement pour l’accueil et la sensibilisation du public.

L’équipe d’entretien du Conservatoire départemental des E.N.S.(Espace Naturel Sensible), intervient pour certains travaux d’abattage, d’élagage et de gestion écologique de milieux particuliers.

Une miellerie, dans laquelle un apiculteur sera installé, est en cours de réalisation dans une partie saine du château de Montjean.

 

Ce lieu de promenade, havre de paix, ouvert au public, vous fait totalement oublier sa proximité immédiate de villes à forte population et les différentes infrastructures dédiées aux activités économiques, industrielles et aéroportuaires si proches.     

 

 

Repost 0
Published by apepaw - dans Histoire
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 18:09

ArtAFLes-Etangs1.jpgArtAF Les Etangs2

Repost 0
Published by apepaw - dans Histoire
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 19:34

vigne-jardinage.jpgLA CULTURE DE LA VIGNE A WISSOUS


Les Romains ont développé la culture de la vigne en Gaule, et l’ont introduite dans les régions septentrionales en particulier dans les environs de Lutèce sous l’impulsion de l’empereur Probus (232-282). Ses successeurs ont fait d’ailleurs l’éloge des vins de Lutèce.



On ne sait pas quand la culture de la vigne commença à Wissous, mais des écrits en font état en 1284. Il en est question ensuite régulièrement.

Les vignes de Wissous, donnent un vin de consommation courante, qui alimente les besoins de la Capitale. Elles sont d’un très bon rapport, bien meilleur que celui des céréales. Le rendement est de 20 à 40 hl/ha. 

Malheureusement, elle est très dépendante de la situation politique du moment, et des ravages causés par les conflits. Pour reconstituer une vigne détruite il faut plusieurs années. Ainsi, on relève que 1465 fut de ce fait une très mauvaise année pour la production du vin à Wissous. 

Au milieu du XVI ième siècle, les vignerons de Wissous exploitaient des vignes sur les coteaux des Rabats à Antony. A cette époque le domaine seigneurial et la Fabrique de l’église St Denis possèdent également des vignes. 
Les vignerons de Wissous ne respectent pas toujours les bonnes conditions de culture de la vigne puisque qu’en 1560 la rive gauche du ru de Rungis, exposée au nord, en est plantée.
La qualité des vins de Wissous est très variable puisque leur prix varie dans des proportions de 1 à 4 en fonction de celle-ci.
La vigne à Wissous tenait une telle place dans l’économie du village que St Vincent, le patron des vignerons, avait sa chapelle à l’église St Denis. La vigne est cultivée en particulier sur les pentes des Glaises et au Bois Charlet et en général sur de petites parcelles de quelques centaines de mètres carrés. 

En 1600, 30% des exploitants agricoles étaient des vignerons et la vigne était cultivée sur 42 ha des terres de Wissous. Au milieu du XVII ième siècle, 40% des tenanciers (exploitants de tenures) sont des vignerons. 

A partir du XVIII ième siècle, les terres consacrées à la culture de la vigne diminuent. Leur surface passe à 10 ha en 1774, à 9 ha en 1782, à 5 ha en 1850 pour disparaître complètement en 1880 comme dans toute la région Ile de France en particulier à la suite des ravages dus au phylloxéra. 



Le vignoble de Montmartre est sans doute le seul de la région qui ait survécu, mais depuis quelques décennies, grâce à des initiatives pour la plupart communales, la vigne a été réintroduite pour des raisons culturelles et festives dans certaines communes de la région parisienne, d’où elle avait disparu. On peut citer Suresnes, Rosny-sous-Bois, Noisy-le-Grand, Villepinte ... La vigne cultivée sur 11 ha en Ile de France produit environ 34 000 bouteilles.

Si dans un but culturel et d’animation la commune de Wissous envisageait de réintroduire la vigne sur son sol, une étude sérieuse devra être au préalable entreprise car sa culture est exigeante et la production de vin demande beaucoup de soins et de compétences.

La vigne a besoin d’un maximum d’ensoleillement et doit être planté dans un sol léger bien drainé mêlant argile, graviers et même galets. 

Le choix du cépage est aussi déterminant. Les cépages rustiques utilisés à Wissous nous sont inconnus, et ont sans doute disparu. 

Les sites sur lesquels le vignoble wissousssien était planté sont maintenant urbanisés et ils n’étaient pas d’ailleurs les plus favorables à son développement.

Nous pensons que le site le mieux adapté, est situé au sud du domaine de Montjean. Il faudrait créer un coteau artificiel en pente douce depuis le pied de la décharge dont le sol est bien drainant. Il faudrait naturellement nécessaire améliorer la qualité du sol. 
A notre avis l’idéal serait de réaliser des murets parallèles perpendiculaires à la ligne de pente, et contre lesquels les pieds de vignes seraient appuyés, pour satisfaire leur besoin de chaleur.



Jean Claude CIRET

Divers : La vigne à Wissous
Posté par JC_Ciret le 26/9/2006 16:10:22 (411 lecturesArticles du même auteur
Repost 0
Published by apepaw - dans Histoire
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 00:49

 

General_Francois_Chasseloup_Laubat.jpgLe domaine de Montjean a appartenu au général François de Chasseloup-Laubat 

Repost 0
Published by apepaw - dans Histoire
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 23:52

montgolfiere.jpg


Qui se souvient que le domaine de Montjean a été le théâtre d’une expérience en aérostation qui a marqué l’histoire de cette discipline ? En effet le 7 novembre 1824 à l’age de 22 ans l’aéronaute Jean-François Dupuis-Delcourt (1802-1864) réussissait, à partir du domaine de Montjean, la première ascension de sa «flottille aérostatique ». 

A cette époque le domaine de Montjean était composé de deux propriétés. La plus importante située au sud appartenait au duc Adolphe-Henri-Emery d’Aumont (1785-1849) premier gentilhomme de la chambre de feu le roi Louis XVIII décédé le 16 septembre 1824 soit moins de 2 mois avant la tentative de Dupuis-Delcourt.
C’est de cette propriété que s’est élevée sa « flottille aérostatique ». Celle-ci était composée de 5 ballons, le plus gros au centre supportant la nacelle et 4 autres plus petits disposés autour. Cet assemblage expérimental était destiné à obtenir un certain degré de pilotage.
Dupuis-Delcourt avait essuyé quelques échecs précédemment, aussi malgré des conditions météorologiques peu favorables il décidé de tenter l’aventure. Celle-ci s’est déroulée d’une façon satisfaisante et après avoir atteint une altitude de 2600 mètres, la flottille dont les ballons s’étaient dégonflés se posa à Choisy le Roi. 
Dupuis-Delcourt et son compagnon de vol Jean-Marie Richard reçurent un accueil très chaleureux de la population et des édiles locaux.

Dupuis-Delcour fonda en 1852 la « Société Aérostatique et Météorologique de France ». Il fut le premier à lancer l’idée en 1857 d’un musée de l’aérostatique ancêtre de l’aéronautique.

Elle ne se concrétisera qu’en 1918. 

Nous pensons qu’il serait bien que l’on se souvienne de cet événement et son auteur. Une plaque pourrait être apposée dans le domaine de Montjean et pourquoi pas y organiser périodiquement une démonstration d’aérostation. Nous lançons l’idée. 

Evenements : PREMIERE EN AEROSTATION AU DOMAINE DE MONTJEAN
Posté par JC_Ciret le 30/5/2010 0:49:29 (202 lecturesArticles du même auteur

MONTJEAN THEATRE D’UNE PREMIERE EN AEROSTATION

Repost 0
Published by apepaw - dans Histoire
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 23:34
Posté par JC_Ciret le 24/9/2009 0:50:47 (278 lecturesArticles du même auteur

RENE MOULIN

UN OBSERVATEUR ATTENTIF DE LA VIE A WISSOUS

PENDANT LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE

René Moulin est né le 6 octobre 1929 à Melun. Il arrive à Wissous en 1937 où ses parents tiennent un commerce, sur la place devant l’église, appelé « Le café de la Mairie ». Il a raconté avec truculence son enfance à Wissous et en particulier pendant la 2° guerre mondiale dans une oeuvre manuscrite intitulée : « CHRONIQUE D’UN VILLAGE FRANCAIS SOUS L’OCCUPATION ». Dans une deuxième partie « HISTOIRE D’UN MEMORIAL » il narre comment il a remis au jour et en mémoire le drame du 6 février 1944 au cours duquel un B17 américain s’est écrasé dans le parc du domaine « Les Etangs » entraînant la mort de 4 aviateurs. Il y décrit dans le menu détail les dernières heures du B17 du 447° Bomb Group de l’U.S. Air Force jusqu’à sa chute. Cette chronologie lui a demandé deux années de recherches et de démarches en particulier auprès des autorités américaines. Il a pris contact avec les survivants du B17 et les familles des disparus et noué des relations d’amitié avec eux. 
En 1976, l’idée de réunir les anciens élèves de Wissous a germé entre amis. Quelques années plus tard le Comité des Anciens Elèves de Wissous (CAEW) est né, association qui sera déclarée bien plus tard. C’est au sein du CAEW que prend corps l’idée de retracer la tragédie du B17. René Moulin, président alors du CAEW, va lancer l’opération en 1982 en prenant contact avec l’ambassade des Etats Unis et la mener à son terme jusqu’à l’inauguration en 1984 du mémorial érigé dans le parc du Domaine Les Etangs à l’endroit où s’est écrasé le B17.

Nous pouvons dire que René Moulin est le père spirituel de ce mémorial. Il a consacré depuis la plus grande partie de sa vie à maintenir le souvenir de ce 6 février 1944.
En récompense les anciens du 447° Bomb Group l’ont nommé membre d’honneur à vie de leur association.

Nous aimerions que les manuscrits de « CHRONIQUE D’UN VILLAGE FRANCAIS SOUS L’OCCUPATION » et d’ »HISTOIRE D’UN MEMORIAL » soient édités, si possible par la commune. 

René Moulin a quitté Wissous en 1952. Il a fait une grande partie de sa carrière professionnelle dans les bureaux d’étude de la société L.S.G.D. Rien d’étonnant à cela car il avait des dons pour les dessin et la peinture qu’il a développés en autodidacte. Il a d’ailleurs assuré les cours de peinture pendant 30 ans au Centre Culturel de Meudon. 
Il a mis ses talents d’artiste à peindre une cinquantaine de tableaux sur Wissous qu’il a fait don à ses amis. Onze de ces tableaux ont été offerts à des américains en particulier aux aviateurs survivants du 6 février 1944 et aux familles des aviateurs décédés.
Il a pendant des décennies, réalisé une histoire de France au moyen de figurines qu’il a peintes et placées dans des vitrines, ce qui constitue une oeuvre unique à notre connaissance. 

Sachant que René Moulin y était favorable, L’APEPAW en 2005, avait suggéré sans succès à la municipalité d’alors d’accepter le legs à la commune de cette collection afin qu’elle soit exposée dans un local adéquat. Comme à l’époque il était question de restaurer le pavillon du gardien du domaine Les Etangs, celui-ci nous paraissait tout indiqué. 
La nouvelle municipalité a repris cette idée et le legs est sur le point de se concrétiser. Il reste à mettre en valeur cette collection et à en assurer l’entretien et la pérennité. 

René Moulin a aussi fourni de nombreux documents et informations qui figurent dans les deux monographies que l’APEPAW a rédigées sur Wissous. 

L’APEPAW pense que René Moulin, comme l’Abbé Varaigne a bien mérité de la commune. 


J.C. Ciret
Président de l’APEPAW

Repost 0
Published by apepaw - dans Histoire
commenter cet article

A.P.E.P.A.W.

Association pour l'environnement et le patrimoine de Wissous

totemNotre mission est de:

  • de sauvegarder, de protéger, d’améliorer l’environnement, le cadre de vie et les paysages de la commune.

  • de pérenniser l’aspect rural et l’activité agricole périurbaine et de proximité de Wissous

  • de préserver ses espaces naturels, ses parcs, ses domaines de toute urbanisation et agression intempestives.

  • de suivre tous les projets d’aménagements communaux, régionaux ou nationaux ayant des conséquences sur l’environnement, le cadre et les conditions de vie des habitants de la commune.

  • de préserver et de mettre en valeur le patrimoine immobilier et historique de Wissous

  • de faire des recherches sur le passé de la commune et de les publier (monographies, articles ...)

  • de sauvegarder et de réhabiliter son vieux village et de le redynamiser l’activité commerciale de celui-ci.

  • de promouvoir et de faire connaître le caractère exceptionnel de notre commune.

  • de participer à toute animation et manifestation participant à cet objectif.

 APEPAW

Accueil